Le président russe Vladimir Poutine, lors d'un discours à la Société russe de géographie à Saint-Pétersbourg (Russie), le 10 avril 2012 ©AFP - Yana Lapikova / Ria-Novosti / AFP Photo
Le président russe Vladimir Poutine, lors d'un discours à la Société russe de géographie à Saint-Pétersbourg (Russie), le 10 avril 2012 ©AFP - Yana Lapikova / Ria-Novosti / AFP Photo
Le président russe Vladimir Poutine, lors d'un discours à la Société russe de géographie à Saint-Pétersbourg (Russie), le 10 avril 2012 ©AFP - Yana Lapikova / Ria-Novosti / AFP Photo
Publicité
Résumé

Le 31 décembre 1999, Eltsine annonce sa démission et Poutine assume la présidence par intérim avant d'être élu au premier tour le 26 mars 2000. Les années Eltsine sont ensuite transformées en contre-modèle, pour mieux justifier la mise en place d’une "verticale du pouvoir" centrée sur le Kremlin.

avec :

Jacques Sapir (Économiste et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)), Françoise Thom (historienne), Anne Nivat (Ecrivain, grand reporter de guerre).

En savoir plus

"En Russie, il y a des gens qui ne sont pas d'accord avec Poutine mais ils sont, pour le moment, en minorité. [...] La majorité du peuple russe a peur d'une Russie sans Poutine." (Anne Nivat)

Dernier jour de notre semaine consacrée à l’histoire économique russe. Cette semaine nous avons évoqué la fin de l’époque tsariste, période capitaliste où la Russie est entrée dans l’ère industrielle. Puis les suites de la révolution d’Octobre nous ont mené à l’étude du grand modèle rival du capitalisme occidental, à savoir le communisme et son système de planification. Loin de faire table rase,  la fin de la guerre froide maintiendra, au contraire, les élites au pouvoir, pour la plupart issues des pépinières du parti. Ainsi le président Poutine - ex-officier du KGB et Dauphin de Boris Eltsine - a-t-il été, lui-aussi, à bonne école. Ses interventions et sa politique étrangère sont autant de guerres économiques qu’il mène dans l’ancien espace soviétique. Pourtant, d’un point intérieur, la Russie fait toujours face aux mêmes difficultés économiques de modernisation et de diversification de son industrie, queue de la comète d’une transition passablement inachevée...

Publicité

"La première zone de commerce de la Russie est l'Europe : elle représente encore 50 % des exportations et importations de la Russie. La Chine monte de manière très forte. Les États-Unis ne représentent que 4 %." (Jacques Sapir)

10 min

Références sonores :

  • Quantic, "Time Is The Enemy", extrait de l'album The 5th Exotic, 2001 (générique)
  • Michel Eltchaninoff, philosophe, dans Affaires étrangères, le 9 mai 2015 sur France Culture
  • Pussy Riot, "Putin nauchit tebya lybit Rodinu"
  • Pavel Chinsky, historien, dans Les Matins de France Culture, le 2 mars 2012 sur France Culture
  • Tatiana Kastouéva-Jean, directrice du Centre Russie/NEI de l'Ifri, dans Cultures Mondes, le 20 octobre 2016 sur France Culture
  • Samson Schmitt, "Les Yeux noirs", 2014
58 min
Références

L'équipe

Portrait de Maylis Besserie
Portrait de Maylis Besserie
Maylis Besserie
Production
Arjuna Andrade
Collaboration
Cédric Fuentes
Collaboration
Iseult Sicard
Collaboration
Julien Rosa
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Louis Drillon
Collaboration