Procès de Renart. Scène de la célèbre fable médiévale "Le Roman de Renart". Gravure de Heinrich Leutemann  (1824 - 1905), publiée en 1855 ©Getty - ZU_09
Procès de Renart. Scène de la célèbre fable médiévale "Le Roman de Renart". Gravure de Heinrich Leutemann (1824 - 1905), publiée en 1855 ©Getty - ZU_09
Procès de Renart. Scène de la célèbre fable médiévale "Le Roman de Renart". Gravure de Heinrich Leutemann (1824 - 1905), publiée en 1855 ©Getty - ZU_09
Publicité
Résumé

Entre la cour des animaux et l’univers des prédateurs de la forêt face aux humains, en quoi le "Roman de Renart" offre-t-il une réflexion sur les évolutions économiques et le désordre social au XIIe siècle ?

avec :

Mathieu Arnoux (Directeur d’études à l’EHESS. Professeur à l’Université Paris VII.).

En savoir plus

Il était une fois un goupil, prénommé Renart, qui, aux côtés d’autres membres de la cour des animaux, fuyait la famine sur ses terres forestières pour piller les riches paysans et les abbayes, broyant le cou de leurs coqs et de leurs dindes. Cette histoire, qui paraît si classique, soulève pourtant de nombreuses questions économiques : en cette fin du XIIe siècle où elle est écrite, c’est l’ordre social, ou plutôt les “trois ordres”, qui sont bouleversés. La longue croissance agraire de l’Occident, qui frappe particulièrement la Normandie où l’histoire est d’abord écrite, menace non seulement les prédateurs de la forêt, mais aussi les seigneurs, qui voient dans la paysannerie montante comme dans les cisterciens, une menace pour l’ordre social…

Au 12ème siècle, en Normandie, il faut cultiver de plus en plus de terre pour nourrir les habitants de Paris. Mathieu Arnoux le précise "il y a deux grands mouvements. Premièrement les défrichements, en un peu plus d'un siècle, la population européenne quadruple, ce qui, malgré une énorme mortalité infantile, est une augmentation gigantesque, cela se fait grâce à l'augmentation de la surface agraire mise en culture. Deuxièmement la capitale des Capétiens, c'est-à-dire Paris, se développe, les 150 km autour de Paris se polarisent avec une mise en culture d'un maximum de terres. Le Roman de Renart tourne autour de Paris et plus le roman se rapproche de Paris, plus les personnages deviennent méchants et obscènes. Renart devient meurtrier...il y a une violence de la croissance métropolitaine de Paris".

Publicité

Le Roman de Renart illustre aussi la difficulté de passer d’un régime en flux, où l’on est obligé de courir vite pour récupérer de quoi manger, à un régime en stock qui est un stock de denrées détenu par les paysans, caractéristique des sociétés humaines. Mathieu Arnoux ajoute "petit à petit s'installe un nouvel écosystème, celui du stock. Les paysans ou les moines ont des granges, dans lesquelles il y a du grain ; il y a un poulailler, qui est un stock d'oiseaux immobilisés ; il y a un étang, qui est un stock d'anguilles etc. Ce que raconte le Roman de Renart c'est le passage d'une culture de flux à une économie de stock. D'une culture parfaitement renouvelable avec une population rare à une culture moins renouvelable avec une population beaucoup plus intense et des relations entre les animaux et entre les êtres vivants beaucoup plus brutaux".

Références sonores

  • Extrait d’une adaptation du Roman de Renart lu par Jean Rochefort
  • Lecture des Ordres selon Benoît de Sainte-Maure, extrait des Chroniques des ducs de Normandie
  • Extrait d’une adaptation radiophonique du Roman de Renart, un conte raconté par Michel Hindenoch, France Culture, 1987
  • Générique du dessin animé “Moi, Renart” (2001)R

Références musicales

  • “A Nottingham”, bande-originale du film “Robin des bois” (1973), George Bruns
  • « Handle me », par Lous and the Yakuza & Adekunle Gold

Bibliographie

  • Mathieu Arnoux : Le temps des laboureurs : travail, ordre social et croissance en Europe : XIe-XIVe siècle (Albin Michel, 2012)
  • A paraître en janvier Mathieu Arnoux : Un monde sans ressources (Albin Michel)
  • Le Roman de Renart, édition bilingue établie, traduite, présentée et annotée par Jean Dufournet, Laurence Harf-Lancner, Marie-Thérèse de Medeiros et Jean Subrenat (H. Champion, 2013)
Références

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Aliette Hovine
Production déléguée
Somaya Dabbech
Réalisation
Vivian Lecuivre
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration
Diane de Vanssay
Collaboration
Margot Bolotny
Stagiaire