De nouveau autorisé et jugé « sûr et efficace » par l’Agence européenne des médicaments, le vaccin AstraZeneca suscite pourtant la défiance des citoyens après l’arrêt temporaire de son utilisation.
De nouveau autorisé et jugé « sûr et efficace » par l’Agence européenne des médicaments, le vaccin AstraZeneca suscite pourtant la défiance des citoyens après l’arrêt temporaire de son utilisation. ©AFP - MIGUEL RIOPA
De nouveau autorisé et jugé « sûr et efficace » par l’Agence européenne des médicaments, le vaccin AstraZeneca suscite pourtant la défiance des citoyens après l’arrêt temporaire de son utilisation. ©AFP - MIGUEL RIOPA
De nouveau autorisé et jugé « sûr et efficace » par l’Agence européenne des médicaments, le vaccin AstraZeneca suscite pourtant la défiance des citoyens après l’arrêt temporaire de son utilisation. ©AFP - MIGUEL RIOPA
Publicité

Après le feu vert donné hier par l’Agence européenne des médicaments, la France reprend aujourd’hui la vaccination avec le vaccin anglo-suédois d’AstraZeneca. Une suspension qui a tout de même mis en lumière les immenses enjeux qui entourent l’industrie pharmaceutique, particulièrement depuis un an.

Avec
  • Nathalie Coutinet Economiste à l’université de Sorbonne Paris Nord et chercheuse au Centre d’économie de l’université de Paris-Nord (CEPN)
  • Maurice Cassier Economiste et sociologue, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des questions de brevets pharmaceutiques et d’accès aux médicaments
  • Marie-Paule Kieny Vaccinologue, directrice de recherche à l’INSERM et présidente du comité vaccin Covid-19

Pour maîtriser la pandémie de Covid-19 et face à la multiplication des variants, il faut un vaccin disponible rapidement dans tous les pays, riches comme défavorisés. Or, les découvertes pharmaceutiques sont généralement le fruit d’un long processus marqué par la concurrence entre les entreprises, le secret industriel, les risques financiers et les essais prolongés. Difficile, donc, de faire bouger rapidement une si grosse industrie. 

La recherche dans les biotechnologies se situe surtout dans les start-ups, et très peu dans les grosses pharma. Cela explique aussi le fait que les vaccins ARN messager ont tous été développés au départ par des startups.– Nathalie Coutinet

Publicité

La pandémie a modifié la vision traditionnelle du marché des vaccins, puisque ce sont des laboratoires jusqu’ici inconnus du grand public qui ont vu leurs vaccins autorisés. En effet, ce n’est ni Sanofi, ni Roche ou Novartis, laboratoires qui dépensent chacun entre 6 et 11 milliards d’euros en R&D et qui comptent tous environ 100 000 salariés, qui ont déouvert les vaccins les plus efficaces pour lutter contre la Covid-19. Au contraire, le modèle « start-up » s’est fait une place dans l’industrie pharmaceutique et ce sont BioNtech, société allemande fondée en 2008 (1310 employés) et Moderna, entreprise américaine fondée en 2010 (830 salariés) qui ont gagné cette course au vaccin. 

La recherche de profit des grandes pharma, vis-à-vis de leur conseil d'administration, les a obligées à se désintéresser des projets qui ne cassaient pas la banque. On a donc vu un désamour pour les vaccins et les médicaments comme les antibiotiques qui doivent rester à un prix abordable, au profit des médicaments contre les maladies rares, pour lesquels les gens sont prêts à investir tout ce qui est possible, et contre les cancers. On a donc un vrai modèle économique à remettre en question si on veut s’assurer, dans les années qui viennent, d’avoir les médicaments et les vaccins dont on a besoin. - Marie-Paule Kieny

L’industrie est caractérisée depuis les années 1980 par un mélange d’intérêts privés et publics, qui est considéré comme certain comme un frein au fonctionnement efficace et rapide de l’innovation et de la production. Aujourd’hui plus que jamais, également, la question des droits de la propriété intellectuelle est au cœur des débats sur les vaccins. La mixité du financement, entre privé et public, complexifie ces derniers.

Les biotechs sont le sommet de l’iceberg. La base de l’iceberg, c’est le financement public de la recherche en santé aux États-Unis, qui y est devenu le premier poste de financement public de la recherche, tous secteurs confondus. C’est pour cela qu’il y a des startups aux États-Unis qui naissent dans cet écosystème. En Europe, d’ailleurs, le pays qui pousse le plus la recherche fondamentale en santé et qui a eu des startups qui ont créé des vaccins à ARN messager, c’est l’Allemagne. – Maurice Cassier

Dans quelle mesure le modèle économique de l’industrie pharmaceutique est-il compatible avec la notion d’urgence ? Comment les chaînes de production des vaccins sont-elles organisées ? Est-il si compliqué d’ouvrir de nouvelles lignes de production, et si oui, pourquoi ? Pour répondre à toutes ces questions, nous avons fait appel à Maurice Cassier, économiste et sociologue, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des questions de brevets pharmaceutiques et d’accès aux médicaments, Nathalie Coutinet, économiste à l’université de Paris 13 Nord et chercheuse au Centre d’économie de l’université de Paris-Nord (CEPN) et Marie-Paule Kieny, vaccinologue, directrice de recherche à l’INSERM et présidente du comité vaccin Covid-19.

Affaires étrangères
57 min

Références sonores

Références musicales

  • « Vacina Butantan » -  MC Fioti
  • « Todo Tiene Su Fin » - Dom La Nena

L'équipe