Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est sous le feu des critiques pour sa gestion de la stratégie vaccinale en Europe.
Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est sous le feu des critiques pour sa gestion de la stratégie vaccinale en Europe.
Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est sous le feu des critiques pour sa gestion de la stratégie vaccinale en Europe. ©Getty - Horacio Villalobos
Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est sous le feu des critiques pour sa gestion de la stratégie vaccinale en Europe. ©Getty - Horacio Villalobos
Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est sous le feu des critiques pour sa gestion de la stratégie vaccinale en Europe. ©Getty - Horacio Villalobos
Publicité
Résumé

La crise sanitaire et économique a relancé de nombreux débats sur le fédéralisme européen. Efficace selon certains comme instrument de solidarité en temps de crise, l’Union européenne est également fortement attaquée sur certains plans, comme celui de la gestion de la stratégie vaccinale.

avec :

Alan Hervé (Juriste et professeur à Sciences Po Rennes), Jacques Le Cacheux (Economiste et professeur à l’Université de Pau), Laurent Warlouzet (Professeur d'histoire à Paris Sorbonne Université).

En savoir plus

Fin février, l’Italie, avec l’appui de Bruxelles, a stoppé le transfert de 250 000 doses du vaccin d’AstraZeneca vers l’Australie. Pour ce faire, Rome a appliqué pour la première fois le mécanisme de contrôle des exportations, introduit par la Commission Europénne le 30 janvier. Est-ce le début d’un « nationalisme des vaccins » à l’échelle de l’Europe ? En s'accaparant la logistique en matière de vaccins contre la Covid-19, la Commission européenne s'est en effet arrogé une prérogative traditionnellement réservée aux États-nations, qualifiant cette stratégie d’« approche européenne centralisée ».

Quelle est la valeur ajoutée européenne d'une commande commune de vaccins par rapport à une attitude nationale ? On pourrait se dire que l'Union Européenne a obtenu des prix moins élevés, mais pour cela il nous faudrait les chiffres des prix payés par les autres pays. - Laurent Warlouzet

Publicité

Parler de souverainisme européen dans le cas des vaccins me paraît excessif dans la mesure où il s’agit essentiellement d’honorer les contrats passés et de protéger la santé des populations européennes. Aucun Etat au monde ne ferait passer les populations d'autres Etats avant ses propres populations. – Jacques Le Cacheux

L’Union Européenne a connu de nombreuses difficultés à maintenir la cohérence de cette politique vaccinale, notamment en comparaison avec des pays comme Israël ou le Royaume-Uni, qui ont vacciné beaucoup plus rapidement. Cette lenteur ne doit pas occulter, cependant, les immenses progrès accomplis depuis le début de la crise en matière de solidarité et d’action commune. L’émergence, même lente et chaotique, d’une Europe de la santé, pourrait s’inscrire dans le sillon des compétences, majoritairement économiques, transférées par les États à l’Union depuis le traité de Maastricht.

On traverse depuis une quinzaine d'années dans l'Union Européenne une série de crises qui appellent à des réponses qui vont vers plus d'intégration. Le risque de cette méthode, c'est que le soufflé retombe une fois la crise passée et queue l'on retrouve les réflexes nationaux, que l'on oublie la nécessité de faire appel à plus d'intégration européenne. L'autre élément, c'est que tout cela me semble très déconnecté des populations. - Alan Hervé

Le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale l'empêchant de s’autoriser à être trop politique, l’Union Européenne s’est en effet souvent restreinte aux nécessités économiques, qui ont ensuite structuré les consensus politiques. Jean Monnet l'expliquait déjà au siècle dernier : « L'Europe se fera dans les crises et elle sera la somme des solutions apportées à ces crises ». Malgré le départ de la Grande-Bretagne, les tensions avec celle-ci sur la question irlandaise, la mauvaise gestion de la stratégie vaccinale et surtout la fragilité économique du territoire européen dû à la crise, l’Europe s’engage-t-elle sur la voie du fédéralisme ?

En quoi la crise de la Covid accélère-t-elle le fédéralisme européen ? Pour en parler, nous avons fait appel à Laurent Warlouzet, historien spécialiste de l’Europe à l’Université Paris Sorbonne, Alan Hervé, juriste et professeur à Sciences Po Rennes et Jacques Le Cacheux, économiste et professeur à l’Université de Pau.

À réécouter : L’Europe post-Covid : le rebond

Références sonores

  • Discours du chef de la diplomatie italienne, Luigi di Maio, pour justifier la décision de Rome du blocage de l’exportations de doses du vaccin d’AstraZeneca (5 mars 2021, Pupia News)
  • Discours d’Emmanuel Macron sur le Plan de relance européen (21 juillet 2020, france-allemagne.fr)
  • Discours de Robert Schuman, qui appelle à créer la CECA (9 mai 1950, CVCE)

Références musicales

  • « La chanson de l’Europe » - André Dassary
  • « No one’s in the room » - Jessie Reyez

Pour aller plus loin

Références

L'équipe

Margaux Boulte
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation