La piste cyclable le long de la Seine, près du pont Bir Hakeim et de la Tour Eiffel.
La piste cyclable le long de la Seine, près du pont Bir Hakeim et de la Tour Eiffel.
La piste cyclable le long de la Seine, près du pont Bir Hakeim et de la Tour Eiffel. ©AFP - LUDOVIC MARIN
La piste cyclable le long de la Seine, près du pont Bir Hakeim et de la Tour Eiffel. ©AFP - LUDOVIC MARIN
La piste cyclable le long de la Seine, près du pont Bir Hakeim et de la Tour Eiffel. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité
Résumé

Actuellement débattue à l’Assemblée nationale, la loi des mobilités a pour objectif de donner la priorité au transport du quotidien, réduire les fractures sociales et territoriales tout en répondant à l’urgence climatique, selon le gouvernement. Qui sont les principaux bénéficiaires de cette loi ?

avec :

Jean Coldefy (directeur du programme Mobilité 3.0 à l'association ATEC ITS France. Ancien responsable adjoint du service mobilité urbaine à la Métropole de Lyon), Imène Miraoui (coordinatrice du réseau risques et impacts industriels pour l’association France Nature Environnement), Frédéric Heran (économiste et urbaniste, maître de conférences à l’Université de Lille 1 et chercheur au CLERSE (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques)).

En savoir plus

Comme tous les vendredis, notre semaine s’achève par un débat d’actualité économique. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur une question qui touche à la fois à la transition énergétique et à la justice sociale : la mobilité. D’un côté, le trafic routier est responsable de près de 30% des émissions de CO2 en France. De l’autre, la crise des gilets jaunes, déclenchée par la hausse des prix du carburant, a révélé l’ampleur des fractures sociales et territoriales dans notre pays… 

C’est à ces nombreux défis que cherche à répondre le projet de loi d’orientation des mobilités, actuellement en débat à l’Assemblée. L’objectif : sortir du tout-voiture tout en luttant contre les inégalités en matière de déplacement. Le gouvernement prévoit entre autres de créer une « prime mobilité durable » pour soutenir le vélo et le covoiturage…

Publicité

Alors qui seront les vrais bénéficiaires de la loi mobilité ? Ce projet de loi répond-t-il vraiment à l’urgence climatique ? Et plus largement, comment modifier les comportements en matière de déplacement ?

“On a créé une dépendance à l’automobile en favorisant sans cesse sa vitesse et, en conséquence, la portée des déplacements. On n’a aménagé le territoire qu’en fonction de la voiture ; en retour on ne peut plus rien faire autrement qu’en voiture.” Frédéric Heran

Référence

“Time is the enemy”, Quantic

Références

L'équipe

Arjuna Andrade
Collaboration
Cédric Fuentes
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Guillaume Ménard
Collaboration
Léa Sabourin
Collaboration
Aliette Hovine
Collaboration
Louis Drillon
Collaboration