"Liverpool's Dream", par la compagnie Royal de Luxe
"Liverpool's Dream", par la compagnie Royal de Luxe ©AFP - Oli Scarff
"Liverpool's Dream", par la compagnie Royal de Luxe ©AFP - Oli Scarff
"Liverpool's Dream", par la compagnie Royal de Luxe ©AFP - Oli Scarff
Publicité

On l’a vu cette semaine, l'économie s'intéresse depuis peu aux passions des individus. Au risque de laisser de côté les structures ? Pour Frédéric Lordon, c’est parce qu’ils ont été affectés dans et par les institutions sociales que les individus désirent se comporter comme ils se comportent.

Avec

« Ce que j'appelle esclavage, c'est l'impuissance de l'homme à gouverner et à contenir ses affects. L'homme en effet, quand il est soumis à ses affects, ne se possède plus ; livré à la fortune, il en est dominé à ce point que tout en voyant le mieux, il est souvent forcé de faire le pire. » Voilà les premiers mots de la quatrième partie de l’Ethique de Spinoza qui pose les bases de la « servitude passionnelle »… L’homme est gouverné par ses affects et ses désirs mais comment ces affects sont-ils construits ? D’où viennent-ils ? Et comment structurent-ils les rapports sociaux ?

S’il est vrai que les émotions connaissent un retour en grâce en économie, comme on l’observe depuis le début de la semaine, pour notre invité d’aujourd’hui, la connaissance des affects permet aussi et surtout peut-être d’ouvrir un nouvel espace de lutte...

Publicité

Références sonores 

Interview de Marie-Pierre Carbonet, "Chief Happiness Officer" au sein de l’agence digitale LWM, captée par Unow

• Florian Nicodème, professeur de philosophie, dans l'émission Les Chemins de la philosophie (France Culture, le 11 octobre 2017)

• Entretien entre Roger Chartier et Pierre Bourdieu dans l’émission A Voix nue (France Culture le 2 février 1988)

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Arjuna Andrade
Collaboration
Cédric Fuentes
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Julie Delabrosse
Collaboration
Louis Drillon
Collaboration