Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes est l'un des plus importants lieu de pèlerinage de France. Ce tourisme de la foi représente 90% de l'économie de la ville
Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes est l'un des plus importants lieu de pèlerinage de France. Ce tourisme de la foi représente 90% de l'économie de la ville
Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes est l'un des plus importants lieu de pèlerinage de France. Ce tourisme de la foi représente 90% de l'économie de la ville ©Getty - Francois DUCASSE
Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes est l'un des plus importants lieu de pèlerinage de France. Ce tourisme de la foi représente 90% de l'économie de la ville ©Getty - Francois DUCASSE
Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes est l'un des plus importants lieu de pèlerinage de France. Ce tourisme de la foi représente 90% de l'économie de la ville ©Getty - Francois DUCASSE
Publicité
Résumé

Apparitions, reliques, miracles… de nombreux phénomènes de l’ordre du merveilleux habitent la religion catholique, attirant des foules venues parfois du monde entier. Mais religion et tourisme font-ils bon ménage ?

avec :

Jérôme Grévy.

En savoir plus

Aujourd'hui encore nous ouvrons le livre des comptes de l'Eglise catholique. Depuis les apparitions de la Vierge à Lourdes au XIXème siècle, la pratique du pèlerinage a explosé et chaque année des dizaines de millions de voyageurs convergent vers les sanctuaires sacrées. Un tourisme qui alimente alors une véritable économie locale. C'est cette économie de la foi que nous allons analyser. 

Pour en parler, Tiphaine de Rocquiny reçoit en studio Marie-Hélène Chevrier, maitresse de conférence en géographie à l’Institut catholique de Paris et Jérôme Grévy, professeur d’Histoire contemporaine université de Poitiers en report-it. 

Publicité

La foi face au merveilleux : la mise en place de lieux d'exception

Les sanctuaires sont, à l’échelle de l’Église catholique, des lieux exceptionnels. Ils sont ainsi la plupart du temps installés hors du maillage territorial ecclésiastique ordinaire ce qui fait, qu'à part quelques exceptions, les grands sanctuaires ne se situent pas, au niveau géographique, aux mêmes endroits que les églises paroissiales.

Selon Jérome Grévy, "Dans toutes les religions, à toutes les époques, il y a eu une incarnation géographique de phénomènes surnaturels liés à la religion. Dès l’Antiquité, on a des sources, des bois sacrés. C’est donc un phénomène bien antérieur au christianisme. On sait d’ailleurs que la christianisation a établi des sanctuaires là où il y avait déjà des choses sous l’Empire romain".
Cependant, il rajoute que "dans une société médiévale qui a toujours favorisé, privilégié la sédentarisation, les pèlerins ont longtemps eu une image négative, voire suspecte. On les regardait avec méfiance et on ne les considérait pas comme les porteurs d'une certaine forme de sacralité".  

Pour Marie-Hélène Chevrier, "L_e pèlerinage n'a jamais été une obligation formelle imposée aux croyants dans le dogme catholique, à la différence de la religion musulmane. Cependant, dès le Moyen-Age, le pèlerinage a de plus en plus été vu comme un moyen de faire pénitence après une confession. (...) Les tenants de la Réforme au XVIème siècle ont d'ailleurs pleinement critiqué cette pratique qu'ils associaient alors aux indulgences et à une certaine marchandisation du salut_". 

Tous les sanctuaires ne donnent pas lieu à des pèlerinages, et seuls certains lieux de pèlerinage se voient attribuer le titre canonique de "sanctuaire" par les autorités ecclésiastiques, qui marquent ainsi leur approbation vis-à-vis du pèlerinage et du culte dont ils font l'objet.
Il s'agit, pour Jérome Grévy, " d'un point fondamental. Il faut bien comprendre que le processus de validation est un phénomène contemporain. En effet, c'est au XIXème siècle que le Pape voit son statut de force spirituelle et morale se renforcer. Par ailleurs, c’est aussi le siècle des avancées scientifiques, entrainant ainsi un certain discrédit sur toutes formes de discours surnaturel. Face à ce double processus, Rome va donc mettre en place un système de codification strict vis-à-vis des apparitions et va également s’opposer à la notion de religion magique". 

L'espace sacré comme mode de consommation ? 

Selon Marie-Hélène Chevrier, "Très tôt dans l’Histoire, on a vu des communautés religieuses  profiter de la manne financière que peuvent représenter les pèlerins. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il y avait, derrière, une volonté de systématiquement leur prendre de l'argent. Cependant, et c'est particulièrement vrai entre les IXème et XIème siècles, au moment où le culte des reliques est à son apogée, celles-ci font l’objet d’un véritable marché et d’un certain nombre de trafics et de vols".

Par ailleurs, selon Jérome Grévy, "Depuis la fin du XIXe siècle, et ce, de manière globalement concomitante à la mise en place du chemin de fer, le pèlerinage est devenu une pratique collective importante dans la vie des communautés chrétiennes. En France et en Europe, le pèlerinage organisé est devenu très important après les événements de Lourdes en 1858, corrélé au développement et à la démocratisation des transports. Le chemin de fer est inauguré à Lourdes en 1866, année de la consécration de la première église, à laquelle assistent 60 000 personnes. En 1867, Lourdes est interconnectée au réseau de chemin de fer et dès 1872, le pèlerinage national est fondé, réunissant 25 000 fidèles et 10 000 prêtres dès cette première année. Le mouvement est ainsi lancé et les pèlerinages à Lourdes de chaque diocèse de France se mettent progressivement en place".

Aujourd'hui, 90% du tissu économique de la ville de Lourdes repose le pèlerinage; illustrant ainsi son importance économique, sociale, touristique et commerciale d'un point de vue local. 

Pour aller plus loin

Reliques politiques, Jérôme Grévy et Albrecht Burkardt, Presses Universitaires Rennes, 2020 

Politiques du pèlerinage, Luc Chantre, Paul d'Hollander et Jérôme Grévy, Presses Universitaires Rennes, 2014

Santa Rita, patronne des cas désespérés, France Culture, 12 juillet 2021 

Marthe Robin, une sainte invention?, France Culture, 24 avril 2021 

En savoir plus : Ça s'est passé à Lourdes

Références sonores 

  • Lecture d’un extrait de De itera religione de Saint Augustin par Tiphaine de Roquigny
  • Témoignage du chanoine Cégel, curé de la paroisse de l’île Bouchard, ORTF, 1968
  • Lecture d'un extrait de Les foules de Lourdes de Joris-Karl Huysmans par Tiphaine de Roquigny (1906)
  • Des apparitions controversées : le cas de Medjugorje, France 2, 2001
  • Extrait du film L’apparition de Xavier Giannoli (2018)
  • Les bonnes soeurs de la communauté bénédictine face à la foule du Mont Saint Michel, France Culture, 1989

Références musicales 

The miracle - Queen (1989)

From You - Bonobo (2022)

Références

L'équipe

Somaya Dabbech
Réalisation
Thibaut Mommeja
Production déléguée
Aliette Hovine
Collaboration