Liban : une économie à l'agonie

Des années de problèmes structurels, aggravés par l'explosion du 4 août et la crise sanitaire, ont mené à d'importantes manifestations antigouvernementales dans le pays du cèdre
Des années de problèmes structurels, aggravés par l'explosion du 4 août et la crise sanitaire, ont mené à d'importantes manifestations antigouvernementales dans le pays du cèdre ©Getty -  Picture alliance
Des années de problèmes structurels, aggravés par l'explosion du 4 août et la crise sanitaire, ont mené à d'importantes manifestations antigouvernementales dans le pays du cèdre ©Getty - Picture alliance
Des années de problèmes structurels, aggravés par l'explosion du 4 août et la crise sanitaire, ont mené à d'importantes manifestations antigouvernementales dans le pays du cèdre ©Getty - Picture alliance
Publicité

Les récents événements (la double explosion sur le port de Beyrouth, la crise sanitaire et les manifestations importantes) ne doivent pas faire oublier que le Liban combat une crise financière structurelle, héritage d’années de pratiques opaques et de manque de contrôle au niveau politique.

Avec
  • Raoul Nehme Ministre de l’Economie et du Commerce du Liban entre janvier et août 2020.
  • Sahar Al Attar Rédactrice en chef du magazine économique libanais "Le Commerce du Levant"
  • Samir Aïta économiste, rédacteur en chef et directeur général de l’édition arabe du Monde Diplomatique, président du Cercle des économistes arabes, directeur général de A Concept/Mafhoum, une société de conseil en économie et technologies de

A l’occasion de l’évènement « Paris – Beyrouth, 24 heures pour le Liban », qui est organisé ce week-end par l’Institut du monde arabe et France Culture, nous consacrons notre émission aujourd’hui à l’économie libanaise en plein effondrement.

La monnaie nationale est en chute libre et le pouvoir d'achat suit la même trajectoire près de deux mois après les explosions meurtrières dans le port de Beyrouth. Alors que le Liban s’apprête à fêter les un an de la révolte populaire contre la classe dirigeante, le pays s’enfonce dans la crise et près de la moitié de la population libanaise vit d’ores et déjà sous le seuil de pauvreté.

Publicité

Comment en est-on arrivé là ? Et quelles pistes se dessinent pour redresser l’économie ? Pour répondre à nos questions, nous commençons par un entretien avec Raoul Nehme, ministre de l’Economie et du Commerce entre janvier et août 2020. Ensuite, nous nous entretenons avec Samir Aita, économiste, président du Cercle des économistes arabes et Sahar Al-Attar, rédactrice en chef du magazine économique libanais "Le Commerce du Levant".

L'équipe