Représentation visuelle d'une pièce de monnaie crypto-numérique.
Représentation visuelle d'une pièce de monnaie crypto-numérique. ©Getty - Chesnot
Représentation visuelle d'une pièce de monnaie crypto-numérique. ©Getty - Chesnot
Représentation visuelle d'une pièce de monnaie crypto-numérique. ©Getty - Chesnot
Publicité

Facebook a dévoilé mardi, sa nouvelle monnaie : le Libra. Cette cryptomonnaie permettra aux 2,7 milliards d’utilisateurs du réseau de payer en ligne et d'effectuer des transferts. Cette devise menace-t-elle les banques et les Etats qui détiennent aujourd’hui le monopole de la gestion de la monnaie ?

Avec
  • Odile Lakomski-Laguerre Maîtresse de conférences en sciences économiques à l'Université de Picardie-Jules-Vernes, chercheuse au CRIISEA
  • Michel Ruimy Professeur d'économie à Science po et à l'ESCP Europe
  • Nathalie Janson économiste, spécialiste de la banque libre et de la régulation bancaire, enseignante à la Neoma Business School de Rouen

Entendez-vous l’éco quitte les vestiges de l’Antiquité pour rejoindre les soubresauts de l’actualité. Cette semaine, nous avons exploré les civilisations antiques et leurs organisations économiques et sociales. A présent, ce n’est plus la drachme ou le sesterce qui va nous intéresser mais le Libra, la nouvelle cryptomonnaie de Facebook. 

Le patron du réseau social, Marc Zuckerberg, l’a annoncé mardi : le Libra, qui entrera en service en 2020, devrait permettre aux 2,7 milliards d’utilisateurs de Facebook d’acheter des biens et des services en ligne et de transférer de l’argent en un clic. Une annonce qui a aussitôt suscité l’inquiétude des gouvernements et des banques traditionnelles.

Publicité

Alors le Libra va-t-il révolutionner l’univers des transactions financières ? Facebook peut-il vraiment concurrencer les banques et les Etats ?

 C’est quand même un évènement de l’ordre d’une innovation majeure. Certes, l'innovation de rupture a déjà eu lieu avec le Bitcoin, mais là c’est une envergure très différente puisque la force de frappe de Facebook est bien plus grande. (Odile Lakomski-Laguerre)

Le Libra se présente comme une cryptomonnaie, c’est à dire une monnaie “pair-à-pair” qui pourra servir à toutes transactions si elle est acceptée (notamment par les gouvernements pour les impôts par exemple). (Nathalie Janson)

 D’une certaine manière le Libra sera une dérivée de monnaies officielles. Le Libra sera annexé sur un panier de devises ; vraisemblablement il y aura du Dollar, de l’Euro et vraisemblablement aussi, il y aura des monnaies asiatiques comme le Yen. (Michel Ruimy)

Références

  • Bruno Le Maire, sur LCP, le 18 juin 2019
  • Mark Zuckerberg, à la conférence Facebook "F8 2019"
  • Maxine Waters, sur CNBC, le 20 juin 2019
  • Mark Carney, sur Footage by Reuters, le 21 juin 2019

Références musicales

  • Générique : “Time is the enemy”, QUANTIC