Le modèle économique réunionnais reste encore largement dominé par les transferts financiers publics en provenance de la France et de l’Union Européenne (environ 40% du PIB).
Le modèle économique réunionnais reste encore largement dominé par les transferts financiers publics en provenance de la France et de l’Union Européenne (environ 40% du PIB).
Le modèle économique réunionnais reste encore largement dominé par les transferts financiers publics en provenance de la France et de l’Union Européenne (environ 40% du PIB). ©Getty - Loop Images
Le modèle économique réunionnais reste encore largement dominé par les transferts financiers publics en provenance de la France et de l’Union Européenne (environ 40% du PIB). ©Getty - Loop Images
Le modèle économique réunionnais reste encore largement dominé par les transferts financiers publics en provenance de la France et de l’Union Européenne (environ 40% du PIB). ©Getty - Loop Images
Publicité
Résumé

Les départements et régions d’Outre-Mer souffrent de vulnérabilités économiques structurelles dues au poids de leur passé colonial et de leur statut géographique d’îles, et dont la profondeur a été révélée par la crise sanitaire. Quels espoirs restent-ils pour ces économies insulaires fragiles ?

avec :

Jean-François Hoarau (Economiste, professeur à l’université de La Réunion), Olivier Sudrie (Economiste spécialiste de l'Outre-mer, responsable du cabinet d'études DME), Jean-Christophe Gay (Agrégé de géographie, professeur des universités à l’IAE de Nice (université Côte d’Azur).).

En savoir plus

Les inégalités sont particulièrement prégnantes en Outre-mer, et on les mesure assez mal parce que les économies ultramarines sont aussi caractérisées par une importance très forte du secteur informel, des activités non déclarées. Les inégalités sont donc beaucoup plus fortes que ce qui apparaît officiellement dans les statistiques et la crise sanitaire a très certainement amplifié ces inégalités. - Olivier Sudrie

Ces sociétés sont très inégalitaires : l'indice de Gini est entre 0,4 et 0,5, ce qui est comparable à des situations sud-américaines. Mais les mécanismes de solidarité en Outre-mer sont beaucoup plus forts qu'en métropole : entre générations, dans la famille élargie, le clan, les communautés et associations religieuses. - Jean-Christophe Gay

Publicité

Alors que Mayotte fête ses 10 ans de départementalisation, la Nouvelle Calédonie fait face à la question de son indépendance : ce mercredi, Jean Castex a reçu des responsables politiques de la collectivité, c’est le premier rendez-vous d'une semaine de discussion voulue par le gouvernement pour renouer le dialogue entre indépendantistes et loyalistes, à l'approche d'une troisième consultation sur l'indépendance.

Les salaires élevés générés par la sur-rémunération dopent la consommation, donc il y a un effet normal de pression sur les prix. Mais ce que la sur-rémunération génère, ce sont surtout des inégalités. Le facteur principal de la cherté de la vie est l'organisation des marchés sous la forme de monopoles, et probablement la pratique de marges abusives par certaines entreprises.  - Jean-François Hoarau

Au-delà des lourdes questions politiques qu’ils entraînent, ces aspects administratifs mettent en lumière le lien entre modalité de gouvernance et orientations économiques. Car si la majorité des territoires de la France d’Outre-mer pâtit des particularités des économies insulaires, il ne faut pas oublier le poids de l’histoire coloniale dont découlent aujourd’hui des modes de gouvernance politiques qui pèsent sur l’organisation économiques de ces territoires.

Les cinq économies des DROM souffrent toutes des mêmes maux : chômage chronique, faible compétitivité, faible productivité, vie chère, fortes inégalités de revenus, etc. La balance commerciale y est très dégradée avec des échanges commerciaux dominés par la métropole. La prospérité repose d’abord sur les transferts publics de l’État et dans une moindre mesure de l’Union européenne, sous forme d’aides diverses, de prestations sociales ou de salaires artificiellement élevés.

Les territoires de la France d’Outre-mer sont-ils condamnés à faire le deuil d’un certain dynamisme économique du fait de ces « vulnérabilités structurelles » liées à leur statut géographique d’îles ? Dans quelle mesure le statut politique pèse-t-il sur l’efficacité économique ? Comment sortir de la dépendance à des rentes au rôle contestable (et contesté) pour le développement de l’économie ? Pour en parler, nous avons fait appel à Jean-Christophe Gay, géographe et professeur des universités, Olivier Sudrie, économiste spécialiste de l'Outre-mer et responsable du cabinet d'études DME et Jean-François Hoarau, économiste et professeur à l’université de La Réunion.

À réécouter : La Nouvelle-Calédonie dans l'impasse

À réécouter : Guyane : a-t-on abandonné les DOM ?

Références sonores

Références musicales

  • "Gèryé" - Christine Salem
  • "The Pontiac" - Jimmy Read & Marc Coreina

Pour aller plus loin

Références

L'équipe

Manon Prissé
Collaboration
Margaux Boulte
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation