Maisons face à l'avancée de la mer à Wamberal (Australie), le 28 juillet 2020. En juin, plus de 40 littoraux australiens ont été endommagés par des tempêtes.
Maisons face à l'avancée de la mer à Wamberal (Australie), le 28 juillet 2020. En juin, plus de 40 littoraux australiens ont été endommagés par des tempêtes.
Maisons face à l'avancée de la mer à Wamberal (Australie), le 28 juillet 2020. En juin, plus de 40 littoraux australiens ont été endommagés par des tempêtes. ©AFP - Peter Parks
Maisons face à l'avancée de la mer à Wamberal (Australie), le 28 juillet 2020. En juin, plus de 40 littoraux australiens ont été endommagés par des tempêtes. ©AFP - Peter Parks
Maisons face à l'avancée de la mer à Wamberal (Australie), le 28 juillet 2020. En juin, plus de 40 littoraux australiens ont été endommagés par des tempêtes. ©AFP - Peter Parks
Publicité
Résumé

60% de la population mondiale vit à proximité de la mer : les littoraux ont une importance économique majeure pour les territoires. Mais la montée du niveau des eaux et des risques d'érosion pourraient entrainer, entre autres, des bouleversements démographiques sans précédent.

avec :

Alexandre Magnan (Géographe, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) et spécialiste des questions de vulnérabilité et d'adaptation des sociétés au changement climatique.).

En savoir plus

Au cours du XXème siècle, les littoraux ont connu une croissance démographique majeure de par la concentration, de plus en plus importante, d'activités économiques stratégiques à proximité de la mer, à l'image des ports commerciaux. La "littoralisation des sociétés" est donc un phénomène qui accompagne pleinement le processus de mondialisation et les grandes évolutions structurelles du système économique global.

Dans cette émission proposée pour la première fois sur France Culture le 7 septembre 2021, Tiphaine de Rocquigny recevait Jill Madelenat, chargée d’étude à la Fabrique écologique, think tank spécialiste des questions environnementales et Alexandre Magnan, géographe, chercheur senior au département Vulnérabilité et Adaptation au changement climatique à l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales).

Publicité

A l'heure actuelle, une grande partie des métropoles se trouve en bord de mer, comme New-York, Bangkok ou Tokyo, tout comme les loisirs et des activités marchandes et touristiques qui leur sont associées...

Le renforcement de la pression démographique et économique sur les littoraux a largement participé à leur artificialisation et donc à leur fragilisation. Les espaces littoraux semblent de plus en plus menacés. 70% des plages mondiales font face au phénomène d'érosion. Les risques de submersion marine ont augmenté de 50% entre 1993 et 2015. Enfin, la fonte des glaces, liée au réchauffement climatique, contribue à hauteur de 30% à la montée des eaux... Selon Jill Madelenat"[Les littoraux] peuvent être menacés à terme, que ce soit par l'érosion ou par la submersion marine. De ce fait, de nombreuses activités économiques comme le tourisme [...], certaines activités agricoles et beaucoup d'industries, de par la maritimisation des échanges, pourraient aussi être menacées."

À lire aussi : D’une rive à l’autre, ce que disent les littoraux de l’état de la planète

Les inondations et les tempêtes se sont multipliées, notamment depuis les années 1970. Le nombre de personnes sinistrées par des catastrophes naturelles liées à la mer ne va faire qu'augmenter. Mais un "déni du risque" s'est développé à l'échelle mondiale, d'autant que la croissance démographique des littoraux devrait continuer à augmenter jusqu'en 2050. Pour Alexandre Magnan, "on est pas toujours conscients de tous les risques, mais aujourd'hui, en tout cas, on continue à être dans une phase de déni. Je pense que le déni vient du fait que les défis nous font peur et parce qu'on a effectivement du mal à se projeter dans le futur et à accepter les projections, par exemple, du GIEC ou d'autres".

La France est, elle aussi, vulnérable face à ces phénomènes. Elle fait partie des pays européens les plus confrontés à l'érosion, qui concerne 24% de son littoral national et 70% dans le Pas-de-Calais, et aux submersions, qui pourraient à terme menacer 1,4 millions de personnes et 850 000 emplois. Pour Jill Madelenat "le fait qu'on ait artificialisé une partie des cours d'eau, cela déséquilibre ce que l'on appelle la balance sédimentaire et donc aggrave finalement l'érosion côtière [...]  en France, on a environ 25% des côtes au niveau national qui sont en érosion, mais on a une hétérogénéité très forte parce que les profils littoraux sont différents."

Comme le souligne Alexandre Magnan, "Les événements extrêmes s'amplifient et s'intensifient et donc les phénomènes de submersion, par exemple, vont être un peu plus fréquents ou un peu plus imposants. On arrive avec ce discours là et en face, on a à la fois des décideurs locaux et des populations qui ont un point de vue un peu différent. Et cette confrontation de points de vue est très compliquée."

Plus que des problématiques strictement climatiques, la multiplication d'épisodes naturels extrêmes sur les littoraux remet en cause une grande partie du modèle économique mondial, d'autant que l'augmentation du nombre de destructions liées aux catastrophes naturelles constituent des couts de plus en plus importants pour les collectivités.

Références sonores

Références musicales

Références

L'équipe

François Richer
Réalisation
Thibaut Mommeja
Production déléguée
Aliette Hovine
Collaboration