Philippe IV le Bel dirigeant ses légistes au cours d'une assemblée en 1303 - Collection du  Musée de l'Histoire de France, Château de Versailles.
Philippe IV le Bel dirigeant ses légistes au cours d'une assemblée en 1303 - Collection du  Musée de l'Histoire de France, Château de Versailles.  ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
Philippe IV le Bel dirigeant ses légistes au cours d'une assemblée en 1303 - Collection du Musée de l'Histoire de France, Château de Versailles. ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
Philippe IV le Bel dirigeant ses légistes au cours d'une assemblée en 1303 - Collection du Musée de l'Histoire de France, Château de Versailles. ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
Publicité

C’est au XIVe siècle que prend forme le débat public autour de la monnaie. Comment la gestion des finances et, à plus forte raison, de la politique monétaire permettent-elles à Philippe le Bel d'affirmer sa légitimité en tant que souverain du royaume de France encore très fragmenté ?

Avec

L’épidémie que l’on traverse depuis près de trois mois marque le grand retour de l’État dans l’économie. L’histoire est ainsi faite de va-et-vient entre intervention et désengagement. 

C’est ainsi que dès le début du XIVe siècle, Philippe le Bel se lance dans la création d’une monnaie royale qui serve de référence et lui permette de maîtriser les cours, des manipulations qui lui valent une réputation de roi faussaire.

Publicité

Au cours de l'histoire, on constate que la création de la monnaie résulte toujours d'une volonté politique. Le premier exemple est celui du roi Crésus, qui invente la frappe monétaire au VIe siècle avant Jésus-Christ. - Sylvain Piron

Au XIVe siècle, l'ensemble de la société n'est pas encore monétarisée. Une grande partie des paiements se font toujours en nature. La monnaie est surtout liée aux salaires et aux loyers dans les villes [...]. Le règne de Philippe le Bel est la période à laquelle le roi et ses conseillers comprennent l'enjeu de la circulation de la monnaie, de sa frappe et de son contrôle. - Sylvain Piron

Références sonores :

  • Lecture d'un extrait du Chant 19 du "Paradis" de _La Divine Comédi_e de Dante Alighieri (1472)
  • Extrait de la mini-série “Les rois maudits” (1972), réalisée par Claude Barma et adaptée du roman en plusieurs volume du même titre de Maurice Druon (1955)
  • "2000 ans d'histoire" / France Inter (7 novembre 2005)
  • L'économiste André Orléan invité de La Grande Table / France Culture (28 janvier 2015)
  • “Une opération de police en 1307 : on arrête les templiers” / France Inter (17 octobre 2006) 

Références musicales :

  • Générique - "Time Is The Enemy" / Quantic
  • D’Arvo Pärt - "Da Pacem Domine
  • Someone - "You Live In My Phone"

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Iseult Sicard
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Paloma Soria Brown
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Chronique
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation