La Cité des Arts et des Sciences avec l'Agora, le pont suspendu et le Musée des Sciences à Valence, Espagne ©Getty - Loop image
La Cité des Arts et des Sciences avec l'Agora, le pont suspendu et le Musée des Sciences à Valence, Espagne ©Getty - Loop image
La Cité des Arts et des Sciences avec l'Agora, le pont suspendu et le Musée des Sciences à Valence, Espagne ©Getty - Loop image
Publicité
Résumé

Comment la filière économique du paysage se structure-t-elle et quelle place le paysagiste occupe-t-il au sein de celle-ci ? Comment le paysagiste compose-t-il avec les intérêts économiques divergents des différents acteurs du secteur paysager ?

avec :

Michel Desvignes (Paysagiste).

En savoir plus

C'est une profession à laquelle les municipalités feront de plus en plus appel à mesure que les températures grimpent, celle de paysagiste. Le réchauffement climatique a en effet entraîné un nouveau besoin de nature dans la ville, après des décennies de bétonisation. Ces urbanistes du végétal proposent une ville plus habitable où les logiques économiques passent après le bien-être des habitants et où les jardins et les forêts laissent libre cours à la déambulation et à la rencontre.

Trouvant ses origines dans l’art du jardin, la profession de paysagiste s’est progressivement structurée et professionnalisée pour devenir aujourd’hui un corps de métier central dans l’aménagement du territoire et des espaces, tant urbains que ruraux. Producteur d’un cadre de vie, le projet de paysage sert ainsi à reconfigurer un espace en saisissant l’ensemble de ses fonctionnements historiques, sociaux, géographiques et économiques.

Publicité

Le paysagisme, un secteur économique florissant

Selon Patrick Moquay, "les paysagistes, par rapport à d'autres corps de métier, sont plus attentifs d'une part au caractéristiques naturelles des sites et d'autre part au respect d'un certain nombre de traits du milieu.  Les paysagistes ne sont pas des acteurs motivés avant tout par l'économie mais sont bien obligés de faire avec". Il ajoute :  "l'aménagement peut suivre deux modèles qui s'opposent: un modèle de valorisation maximale qui consiste à tout lotir et tout bâtir et un modèle qui essaie de créer des espaces de respiration, tourné vers le bien public".

Michel Desvigne mentionne quant à lui le prix du vide et l'importance des équations économiques dans les projets de paysage : " La valorisation est un sujet important. A Bordeaux, lors de l'aménagement des berges de la Garonne, tout était industriel et l'on a décidé de ne pas construire sur une bande d'environ 50 hectares le long du fleuve pour avoir un parc qui longe ce fleuve et donne de la place à la géographie naturelle. L'équation était forte. Il s'agissait de terrains constructibles, qu'il fallait acheter et il fallait aussi compenser la capacité à construire. Cela a permis une densification en marge du parc, valorisant des terrains alentours. Le changement de modèle urbanistique s'est accompagné d'une valorisation d'autres terrains de sorte que l'équation puisse fonctionner".

Les nouveaux enjeux économiques des actions paysagères

Pour Patrick Moquay "un des défi et enjeu pour l'intervention des paysagistes est le risque de relégation des populations après une opération paysagère. Il y a un certain nombre d'opérations d'aménagement paysager qui vont redynamiser des secteurs en déshérence et donner une valeur supplémentaire à certains quartiers. Un des risque majeur c'est que cela s'accompagne d'un changement de la population".

Michel Desvigne évoque des défis écologiques avec lesquels le paysagiste doit composer : "un des levier des paysagiste ce sont les mesures de compensation écologiques. On recrée des zones humides, on reboise. Ce que l'on a réussi à faire sur le plateau de Saclay c'est de montrer qu'une vision paysagère peut fédérer des besoins utilitaires (la gestion de l'eau),  des besoins écologiques (faire des mesures compensatoires) et des besoins expérimentaux. Aujourd'hui on peut envisager de mettre ensemble des paysagistes, des ingénieurs, des écologues autour de visions et de projets communs".

Références sonores

  • Extrait du film C’est arrivé près de chez vous , réalisé par Rémy Belvaux, Benoît Poelvoorde, André Bonzel, 1992
  • Archive INA sur le paysagiste Ludovic Bednar, “Un métier un père”, ORTF, 1973
  • Lecture d'un extrait de La forme d’une ville, Julien Gracq, 1985

Références musicales

Pauline Croze - Jardin d'hiver

Moonchild Sanelly - Cute (ft. Trillary Banks)