Bélisaire demandant l'aumône, 1780
Bélisaire demandant l'aumône, 1780 - Jacques-Louis David
Bélisaire demandant l'aumône, 1780 - Jacques-Louis David
Bélisaire demandant l'aumône, 1780 - Jacques-Louis David
Publicité

Selon les associations caritatives, il y aurait en France un million de nouveaux pauvres, touchés par les retombées économiques de la pandémie de Covid-19. Un revenu universel serait-il la meilleure arme contre la pauvreté ?

Avec
  • Denis Consigny Ingénieur, administrateur de L’Association pour l’instauration d’un Revenu d’existence (AIRE) et président de l’Association intergénérations pour le capital universel (AICU)
  • David Cayla économiste, chercheur au GRANEM et maître de conférences à l'université d'Angers

Selon les associations caritatives, il y aurait en France un million de nouveaux pauvres, touchés par les retombées économiques de la pandémie Covid-19. Alors que le pays entame son deuxième confinement, le gouvernement multiplie les aides ciblées : un versement ponctuel de 150 euros a été annoncé pour les personnes touchant le RSA. 

Pour certains observateurs, il existe une démarche plus simple et plus efficace : rassembler l'ensemble des aides sociales dans un seul, distribué automatiquement et inconditionnellement. C'est ce que l'Association pour l'instauration du revenu d'existence (AIRE) appelle de ses vœux. Avec la mise en place d'un "socle citoyen", estiment-ils, le gouvernement pourrait répondre aux besoins de la population de manière plus efficace.

Publicité

Si on veut sortir de la précarité, la première étape c’est de sortir ce qui peut l’être de la conditionnalité. - Denis Consigny

La conditionnalité est une manière de s’adapter aux spécificités des personnes et d’organiser leur accompagnement. - David Cayla

Ce dispositif ressemble à l'impôt négatif que proposait Milton Friedman dans son livre Capitalisme et liberté paru en1962. La référence peut surprendre : dans le contexte politique actuel, l’idée d’un revenu de base est en effet surtout portée par des figures de gauche. On pense à Bernard Friot avec son salaire à vie ou à Benoît Hamon, qui avait donné une place centrale à cette « nouvelle branche de la sécurité sociale » dans sa campagne électorale de 2017. Mais historiquement, c'est plutôt chez les penseurs libéraux que trouvent les propositions de ce genre. C'est ainsi que le pamphlétaire et révolutionnaire Thomas Paine le proposait dès la fin du XVIIIe siècle.

Pour ce débat, nous avons fait appel a Denis Consigny, ingénieur et administrateur de L’Association pour l’instauration d’un Revenu d’existence (AIRE) et David Cayla, économiste, enseignant-chercheur à l'université d'Angers et membre du Conseil d'administration des Économistes atterrés.

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Antoine Jourdan
Collaboration
Léa Sabourin
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation