Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne
Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne ©AFP - FREDERICK FLORIN
Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne ©AFP - FREDERICK FLORIN
Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne ©AFP - FREDERICK FLORIN
Publicité

Le budget prévisionnel soumis par l'Italie inquiète la Commission Européenne : qui sortira vainqueur de négociations qui prennent petit à petit la forme d'une confrontation ? De quelle marge de manœuvre dispose réellement l'Italie ? Au-delà, l'UE est-elle encore capable d'imposer sa loi budgétaire ?

Avec
  • Lenny Benbara Co-fondateur et directeur de la publication de la revue en ligne Le Vent Se Lève
  • Yves Bertoncini président du Mouvement Européen – France.
  • Francesco Saraceno Directeur adjoint du département d’études de l’OFCE

Le gouvernement italien a présenté en début de semaine une loi de finances pour 2019 prévoyant un déficit public de 2,4% du PIB. C’est en dessous de la règle des 3% prévue par Maastricht mais c’est trois fois plus que l’engagement qui avait été pris par le précédent gouvernement. Pour le mouvement 5 étoiles et la Ligue, ce qu’ils appellent le « budget du peuple » devrait permettre de relancer l’économie tout en redistribuant aux plus démunis ; la commission européenne, de son côté, dénonce un dérapage « sans précédent ».

Comment comprendre cette résistance italienne face à Bruxelles ? Quelles pourraient être les conséquences économiques et politiques de ce budget « hors des clous », selon l’expression de Pierre Moscovici ? Et plus largement, faut-il réformer les règles budgétaires européennes ?

Publicité

Références sonores

The Kinks, "Low Budget" (Arista)

Générique : Quantic, "Time is the ennemy" (Café del Mar Music)

L'équipe