En 2020, le chiffre d'affaires de Zoom, entreprise dont le logiciel est devenu un symbole du télétravail, a été multiplié par 4 par rapport à 2019. ©Getty - picture alliance
En 2020, le chiffre d'affaires de Zoom, entreprise dont le logiciel est devenu un symbole du télétravail, a été multiplié par 4 par rapport à 2019. ©Getty - picture alliance
En 2020, le chiffre d'affaires de Zoom, entreprise dont le logiciel est devenu un symbole du télétravail, a été multiplié par 4 par rapport à 2019. ©Getty - picture alliance
Publicité
Résumé

Le télétravail, en mettant à distance le cadre physique professionnel ainsi que la hiérarchie et les pairs, requiert un équilibre accru entre confiance et contrôle. Cette révolution constitue-elle une opportunité pour le salariat ou un délitement de celui-ci ?

avec :

Aurélie Jeantet (Sociologue, maître de conférences à l'université Sorbonne Nouvelle), Benoit Serre (Vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH)), Danièle Linhart (Sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS).

En savoir plus

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, rencontrera cette semaine les représentants des secteurs dans lesquels le télétravail s'est particulièrement relâché, afin de les exhorter à augmenter la part des salariés en télétravail, même partiel : la banque et les assurances, la communication, l'informatique, les activités immobilières et juridiques. D'après la ministre du Travail, "près d'un tiers des actifs en France peuvent télétravailler facilement et donc participer à la lutte contre le virus en télétravaillant"**. L'épreuve de confiance qu'est le télétravail est un pacte implicite entre gouvernement et organisations : le protocole sanitaire n'est en effet qu'un ensemble de recommandations et non d'obligations.

Selon Danièle Linhart, "p**endant le premier confinement, on a pu voir un relatif enthousiasme des salariés et des directions à avoir tant de personnes en télétravail, qui le vivaient bien pour plusieurs raisons : ils étaient à l'abri d'un climat et d'un contexte très anxiogènes, et pour certains il y avait aussi le bonheur de fuir un milieu de travail qui devenait de plus en plus délétère, lourd et difficile".

Publicité

Il est également une épreuve de confiance au sein des entreprises, évidemment. Il est accusé d'être moins productif, d'augmenter la détresse psychologique des employés, de rendre les missions plus abstraites et de déshumaniser les relations. Pourtant, une majorité des salariés sont favorables à un système, au moins hybride, comprenant du télétravail. Globalement, d'après une étude sur le "télétravail de crise" menée par les spécialistes du travail François Dupuy, Sébastien Olléon et Cécile Roaux, le télétravail a principalement redonné son importance aux managers de proximité : ce sont eux qui ont été chargés de veiller à la santé de leurs subordonnés tout en assurant une continuité de l'activité.

Selon Benoît Serre, "l**e rapport entre le salarié et l'entreprise a complètement changé, sur beaucoup de plans : le temps (le temps de travail se répartit différemment), le lieu (on attend maintenant de l'entreprise qu'elle soit un lieu où on vient coopérer, et non un lieu où on vient s'enfermer dans un bureau), le partage de la valeur, la liberté dans le travail et le lien de subordination (auquel on substituerait le lien de coopération, à terme)".

En brouillant les lignes entre vie professionnelle et vie privée, le télétravail redéfinit les relations professionnelles. D'après Aurélie Jeantet, sociologue du travail, la hiérarchie demeure, évidemment, mais les rapports de domination sont temporairement recomposés face à la vulnérabilité commune que nous partageons tous.

Selon Aurélie Jeantet, "e**st-ce qu'on a tous, tout le temps, dans toutes les activités, besoin d'avoir les mêmes horaires ? Il y a du travail collectif, certes, mais il y a aussi du travail personnel qu'on peut organiser chacun à sa façon selon ses contraintes. Il faudrait tirer profit des avantages du télétravail pour en amoindrir les côtés négatifs, très nombreux".

Occasion de repenser la protection et le contrat de travail, opportunité pour repenser la balance entre vie privée et vie professionnelle, entre rationalité et émotions dans le travail, le télétravail est dans tous les cas une révolution en marche devenue un champ d'exploration en sociologie des organisations. Pour en parler, nous avons fait appel à Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, à Benoît Serre, vice-président délégué de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) et à Aurélie Jeantet, sociologue, maîtresse de conférences à l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Références sonores

  • Interview d'Elisabeth Borne, ministre du Travail (5 février 2021, source : France Bleu)
  • Témoignages sur le télétravail (source : « Le Quart d'Heure », Radio France)

Références musicales

Work From Home - Tim Heidecker

Say Peace - Common

Références

L'équipe

François Richer
Réalisation
Thibaut Mommeja
Production déléguée
Aliette Hovine
Collaboration