France Culture
France Culture
Publicité

Alors que se prépare pour la fin de l’année la conférence de Paris sur le climat, François Hollande et Angela Merkel ont appelé mardi dernier à Berlin à un accord « ambitieux, global et contraignant ». L’accord ne sera donc véritablement global qu’à la condition de ne pas tomber de nulle part mais de s’appuyer sur des relais locaux dans l’opinion tout d’abord, et aussi parmi les associations de militants et d’être relayé par les juges.

Esprit de Justice va se pencher aujourd’hui sur le cas de l’Inde. Ce pays est en effet un laboratoire extrêmement intéressant en raison du dynamisme des associations et de l’activisme des juges. Les traditions judiciaires propres à ce pays et la procédure permettent à ces derniers de se montrer réellement audacieux en matière d’environnement. C’est ainsi qu’ont été crées des « chambres vertes » (green benches ) dans certains tribunaux et une cour nationale verte pour mieux répondre aux questions environnementales. Mais les institutions ne sont rien sans la culture, et la troisième originalité de ce pays est une conscience écologique tout à fait particulière. Les questions écologiques sont présentes dans le débat public mais apparaissent moins liées à la santé ou à une préoccupation sur le devenir de la planète qu’au souci de protéger un certain rapport à la nature qui n’est pas sans lien avec la culture, la religion et avec aussi bien entendu, avec la politique.

Publicité

Alors : dans quelle mesure les tribunaux verts ou le concept d’une nature habitée par les dieux peuvent être des sources d’inspiration pour le monde ?

Avec l'agenda de Laure de Vulpian, de la rédaction de France Culture