Représentation de L'Orestie - Les Euménides - par R. Gillot et M. Pini au Festival d'Avignon (2019)
Représentation de L'Orestie - Les Euménides - par R. Gillot et M. Pini au Festival d'Avignon (2019)
Représentation de L'Orestie - Les Euménides - par R. Gillot et M. Pini au Festival d'Avignon (2019) ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI / Gamma-Rapho
Représentation de L'Orestie - Les Euménides - par R. Gillot et M. Pini au Festival d'Avignon (2019) ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI / Gamma-Rapho
Représentation de L'Orestie - Les Euménides - par R. Gillot et M. Pini au Festival d'Avignon (2019) ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI / Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

À l’heure où nos démocraties s’inquiètent de leur avenir, et où les institutions sont remises en cause, la relecture d’Eschyle est plus que jamais indispensable.

avec :

Pierre Judet de La Combe (Helléniste, directeur d’études à l'EHESS et directeur de recherche émérite au CNRS).

En savoir plus

Eschyle, lui aussi, vivait dans une époque troublée, comparable à la nôtre, et c’est pour venir au secours d’une démocratie menacée et rappeler les fondements de la justice, qu’il écrivit la trilogie de L’Orestie (oeuvre testament d'Eschyle, c'est la seule trilogie liée du théâtre athénien qui ait été conservée). La troisième pièce de cette trilogie – Les Euménides – nous livre le mythe de la naissance de la justice moderne, mythe qui n’a d’ailleurs pas cessé d’alimenter la réflexion des plus grand philosophes, de Hegel à Ricœur.

Il est donc urgent de relire ce texte qui demeure d’une étonnante actualité, ce qu’Esprit de justice vous propose en croisant une double lecture, celle de Juliette Tournand, coach de dirigeants et de managers qui explore L’Orestie depuis des années et qui vient de signer un livre La fille de Sparte aux éditions Le Passeur, et celle de Pierre Judet de La Combe, helléniste, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la tragédie grecque et auteur de nombreux ouvrages et notamment Les tragédies grecques sont-elles tragiques ? Théâtre et tragédie, Bayard 2010, et L’avenir des anciens : oser lire les Grecs et les Latins, Albin Michel en 2016.

Publicité

Juliette Tournand "Je me suis intéressée à l'Orestie bien avant d'entrer dans le secteur du coaching. C'est pour moi une histoire d'enfance puisque je voulais que mon père me raconte des histoires. Et comme il ne se sentait pas du tout de me raconter "les trois petits cochons", il me renvoyait à ma mère. Comme il avait été professeur de lettres classiques, un jour, je l'entends parler d'Oreste avec feu et je me dis, "là, il connaît une histoire". [...] Ce n'est pas une histoire qu'on devrait raconter dans les familles ! Mais je m'accroche parce que je voulais une histoire de mon père, que celle-là était longue à souhait. Elle finissait bien et elle commençait par un roi et une reine, c'était parfait pour moi !"

(Quand l'Orestie a été jouée pour la première fois - en 458 av notre ère en Grèce lors des Grandes Dionysies d'Athènes) Pierre Judet de la Combe "Les foules qui étaient au spectacle où Eschyle a gagné le premier prix étaient mises hors d'elles, dans des émotions extrêmement violentes, même si c'est aussi une œuvre de réflexion. Ils étaient plongés, d'un seul coup, en pleine querelle politique, [...] dans un univers qui n'avait rien à voir, une époque très, très éloignée. [...] C'est ça, le grand paradoxe. Des immenses enjeux théoriques, politiques, étaient mis dans un langage en grande partie musical, avec des passions, etc. Ce n'était pas contradictoire."

Pour aller plus loin

Extraits musicaux

>> Morceau choisi par Juliette Tournand

"Redemption song" de et par Bob Marley & the Wailers - Album : "Uprising" (1980) - Label : Island Records.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

>> Morceau choisi par Pierre Judet de la Combe

"Jeanne" interprété par Christophe - Extrait de la B.O du film "Jeanne" de Bruno Dumont (2019) - Texte de Charles Péguy (1873-1914).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À lire aussi : « Orestie (comédie organique ?) », de Romeo Castellucci, Festival d’automne à Paris, l’Apostrophe-Théâtre des Louvrais à Pontois

Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Sandrine Chapron
Collaboration
June Loper
Réalisation