France Culture
France Culture
Publicité

La récente affaire centrafricaine impliquant des militaires français suspectés d’avoir commis des viols, n’est sortie que grâce à un article du Guardian comme si l’armée craignait l’intrusion de la justice dans ses affaires intérieures surtout en opérations extérieures. Elle est peut-être toujours sous le choc des plaintes portées par des familles de soldats morts en Afghanistan pour "mise en danger de la vie d’autrui", ce qui peut paraître paradoxal s’agissant de militaires dont le métier est celui des armes donc du danger. Avec l’armée de métier, le militaire exerce un métier comme un autre, avec ses accidents de travail, ses syndicats et les obligations contractuelles de sécurité. Cette judiciarisation interroge : où est passé le sacrifice qui définissait le soldat ? « Mourir pour la patrie » a-t-il encore du sens ? Encore faut-il qu’il y ait un lien avec la patrie ce qui n’était pas évident en Centrafrique ou en Afghanistan. Alors le militaire est-il un justiciable comme les autres ?

Avec l’agenda de Laure de Vulpian, de la rédaction de France Culture,

Publicité

Et le reportage de Sophie Bober auprès de Henri Hude, philosophe et fondateur de la Société d'éthique militaire en Europe, auteur du texte "Héros, victime, judiciarisé" paru dans la revue Inflexions

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Anne Kobylak
Réalisation
Sophie Bober
Collaboration