La rue Esquermoise, dans le Vieux-Lille ©Radio France - Tewfik Hakem
La rue Esquermoise, dans le Vieux-Lille ©Radio France - Tewfik Hakem
La rue Esquermoise, dans le Vieux-Lille ©Radio France - Tewfik Hakem
Publicité
Résumé

Dans le Vieux-Lille, la rue Esquermoise est l'une des plus anciennes de la ville où culture flamande et française se mêlent depuis plusieurs siècles.

avec :

Jean-Yves Méreau (Président de la fondation Renaissance du Lille Ancien et ancien journaliste de la Voix du Nord), Michel Loustalot (Écrivain).

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec Jean-Yves Méreau, président de la Fondation Renaissance du Lille Ancien et ancien journaliste de la Voix du Nord et Michel Loustalot, écrivain.

Né à Lille, Jean-Yves Méreau connaît bien l'histoire de la rue Esquermoise qui a "beaucoup de charme provincial" : "Lille est une euro-capitale et une ville provinciale à la fois. Ce charme se retrouve dans des rues parisiennes, on compare la rue Esquermoise à la rue Vivienne à Paris par exemple. C'est une rue à échelle très humaine, on y venait avec nos parents quand on était enfant pour faire des courses (...). Et c'était la rue de la pâtisserie Meert qui est une institution lilloise de la gourmandise, c'est la rue de tous les commerces, des premières banques. C'est vraiment une rue familiale et importante à Lille."

Publicité
Jean-Yves Méreau, président de la Fondation Renaissance du Lille Ancien, devant la pâtisserie Meert
Jean-Yves Méreau, président de la Fondation Renaissance du Lille Ancien, devant la pâtisserie Meert
© Radio France - Tewfik Hakem

Michel Loustalot a l'âge de se souvenir du bon vieux temps. Guide à l'occasion, il écrit sur le Vieux-Lille sous la forme de chroniques dans lesquelles il évoque les habitants de sa ville d'adoption. Il nous fait l'inventaire des fantômes de la rue Esquermoise :

"La rue Esquermoise est un lieu de nostalgie avec des gens, des commerces qui ont disparu. (...) Je suis arrivé à Lille dans les années 1970 et parmi les premiers lieux auxquels je me suis vraiment attaché, il y avait une pâtisserie orientale qu'on appelait La Patu et c'était un endroit extraordinaire (...). C'était le rendez-vous des fauchés, des étudiants et des ouvriers, il y avait un vrai mélange social avec des gens qui se parlaient d'une table à l'autre."

Programmation musicale

  • Christophe Avril, "Ballade à Lille"
  • Alain Souchon, "Presque" (2019)
  • Dick Annegarn, "Lille" (1999)
À réécouter : Villes-Mondes: Lille
1h 59