L'Hôtel du Nord et ses clients en terrasse. - Valérie Manikowski
L'Hôtel du Nord et ses clients en terrasse. - Valérie Manikowski
L'Hôtel du Nord et ses clients en terrasse. - Valérie Manikowski
Publicité
Résumé

Immortalisé par le célèbre film de Marcel Carné, l'Hôtel du Nord est né dans la bohème il y a un siècle au bord du canal Saint-Martin. Aujourd'hui, il ne reste plus que le restaurant du rez-de-chaussée devenu un concept store accueillant le tout-Paris et les touristes aisés.

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec James Arch, hommes d'affaires et ancien assistant de Marcel Carné et Guillaume Manikowski, cogérant de l'Hôtel du Nord.

Construit aux alentours de 1914, l'immeuble est à l'origine composé de trois étages et de quarante modestes chambres. Ses premiers propriétaires, Emile et Louise Dabit, ont fait travailler quelques temps leur fils Eugène en tant que garçon de café ou veilleur de nuit. Ce dernier devient par la suite artiste peintre et membre de la littérature prolétarienne. En 1929, il publie son roman Hôtel du Nord, très inspiré de la vie de l'établissement, qui lui vaudra le prix du roman populiste en 1931. Mais la consécration viendra avec le cinéma, grâce à l'adaptation cinématographique de Marcel Carné, Hôtel du Nord, qui connaîtra un énorme succès en 1938.

Publicité

Des années plus tard, en 2005, le quartier du canal Saint-Martin est en pleine mutation et l'Hôtel du Nord participe à ce changement radical grâce à l'entrepreneur et architecte Julien Labrousse qui va transformer ce lieu pour accueillir une nouvelle clientèle, plus jeune, plus riche et plus cultivée. Mais dix ans auparavant, James Arch, homme d'affaires et ancien assistant de Marcel Carné, achète le rez-de-chaussée de l'ancien hôtel pour le transformer en restaurant :

"En 1995, il n'y avait absolument rien, à tel point que les voisins, quand ils m'ont vu et qu'ils ont su que j'allais faire des travaux pour le réhabiliter, ils m'ont pris pour un fou ! Parce que c'était un quartier de clochards. Mais j'avais mon idée : le refaire tel qu'il était dans le film, populaire, et faire également de la musique. Et ça s'est bien passé, j'agis toujours sur des coups de cœur et sur l'affectif. Quand j'étais assistant réalisateur, j'ai eu la chance de travailler avec Marcel Carné, qui était pour moi le plus grand de l'époque. (...) J'ai utilisé la décoration du film pour le reconstituer, en faisant des arrêts sur image pour avoir tous les détails".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Aujourd'hui, l'hôtel n'a donc conservé que le rez-de-chaussée, qui sert toujours de restaurant, et la façade avec ses lettres en mosaïque bleue. Mais les gérants actuels ont souhaité reconstituer l'atmosphère du film dans un cadre très soigné pour en faire un concept store, comme nous l'explique Guillaume Manikowski :

"On a gardé tout ce qu'il pouvait y avoir sur l'histoire de l'Hôtel du Nord et de ses comédiens (...) C'est une décoration des années 1920, avec des meubles d'époque, et il y a des gens qui nous apportent beaucoup d'objets qui correspondent au lieu et qu'on met en scène dans l'établissement. C'est une salle de restaurant avant tout mais on organise aussi des remises de prix littéraires, on fait de l'événementiel, de mode, de bijouterie, de parfum et de vêtements. On y fait des concerts, des interviews, des tournages d'émissions de télévision donc c'est un vrai lieu de vie. (...) Et il y a le prix Eugène Dabit, le prix du roman populiste, qui est remis ici chaque année."

Le bistrot de l'Hôtel du Nord
Le bistrot de l'Hôtel du Nord
- Valérie Manikowski

Extraits diffusés :

- "Hôtel du Nord", réalisé par Marcel Carné (1938)

- "Hôtel du Nord, roman de Eugène Dabit, édition Folio (1929)

- "Hôtel du Nord", chanson de Colette Renard (1961)

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Gwendoline Troyano
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation