Rue d'Aubagne, Marseille ©Radio France - Tewfik Hakem
Rue d'Aubagne, Marseille ©Radio France - Tewfik Hakem
Rue d'Aubagne, Marseille ©Radio France - Tewfik Hakem
Publicité
Résumé

Dans le quartier de Noailles à Marseille, la rue d'Aubagne est à la fois une rue oubliée où les bâtisses s'effondrent, faute d'être restaurées, et une rue qui se gentrifie comme la plupart des centres-villes de France et d'ailleurs.

avec :

Sandra Comptour (Architecte et urbaniste), Kamel Khélif (Auteur, illustrateur de bande-dessinée), Laura Spica (Musicienne, anthropologue et fondatrice de l'association Noailles debout !), Valérie Manteau.

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec Valérie Manteau, écrivaine, Sandra Comptour, architecte urbaniste, Laura Spica, musicienne, anthropologue et fondatrice de l'association Noailles debout ! et Kamel Khélif, dessinateur.

Depuis quelques années, Valérie Manteau habite dans le quartier de Noailles par choix. La rue d'Aubagne, bien que non connectée à la mer, "relie quasiment la Canebière à Notre-Dame-du-Mont" et l'ambiance évolue au fur et à mesure qu'on remonte la rue : "Le bas de la rue est clairement en voie de gentrification : il y a un regroupement de petits restaurants branchés, c'est très notable parce qu'on est très près du Vieux Port (...) le haut de la rue, c'est différent. La question qu'on se pose ici c'est qui habite dans les immeubles. Ce n'est pas forcément les mêmes personnes qui fréquentent les magasins du quartierTout Marseille vient faire ses courses ici (...), c'est une zone de mélange et de brassage de la population marseillaise et de ce point de vue-là, c'est intéressant de l'observer."

Publicité

A l'inverse, l'architecte et urbaniste Sandra Comptour a longtemps habité dans le quartier avant de le quitter cette année. Mais elle y revient toujours : "En remontant la rue d'Aubagne, vous découvrez toute une vie qui est rythmée par les différents commerces, vous avez les commerces de tous les pays (...) cette rue est quand même la colonne vertébrale du quartier de Noailles, vous avez par exemple la rue Chateauredon qui la coupe et puis on continue la balade, on aperçoit des devantures colorées, des façades qui sont de couleur rose, jaune ou verte. C'est très gai et très vivant mais ces façades cachent une misère et des situations sociales qui peuvent être compliquées."

Jeune trentenaire, Laura Spica est musicienne et anthropologue. Elle est la fondatrice de l'association Noailles debout !, elle vit dans un appartement dont la fenêtre de la chambre donne sur le vide laissé par l'effondrement de deux immeubles le 5 novembre 2018, un drame qui a causé la mort de huit Marseillais. Elle y vit depuis une dizaine d'années et compte bien y rester :

"Il y a une présence très forte dans la rue, ce que je trouve assez extraordinaire par rapport à d'autres quartiers. Ici, toute la journée, tu croises des gens et si tu es très pressé, mieux vaut ne pas passer par là parce que tu t'arrêtes beaucoup pour saluer et discuter. C'est à la fois un lieu de passage, un chemin très pratique pour beaucoup de gens qui traversent la ville et qui n'habitent pas dans la rue, et il y a une permanence d'habitués qui restent tout le temps là, tu es certain de les voir. Ils constituent le décor social et humain de la vie du quartier."

La rue d'Aubagne dessinée par Kamel Khélif
La rue d'Aubagne dessinée par Kamel Khélif
- Kamel Khélif

Installé dans le quartier de Noailles au début des années 1990, le dessinateur Kamel Khélif peut rester des jours entiers sans quitter le monde de la rue d'Aubagne, et il n'est pas le seul :

"Il y a des personnages qui font partie de la rue et du paysage, si on les voit en dehors de ce quartier, on a l'impression qu'ils se sont perdus. (...) Quand je suis arrivé en 1988, j'ai dit que j'allais habiter dans cette rue et on s'est moqué de moi en me souhaitant bon courage. Mais j'aime bien ce quartier, des fois j'en ai marre de la violence ou des bruits. En fait ce n'est pas pire qu'ailleurs, c'est grâce à ces commerces que j'ai pu vivre avec très peu de moyens."

Programmation musicale

  • Léo Ferré, "Marseille" (1980)