La Cité radieuse, dessinée par l'architecte Le Corbusier, à Marseille, en 2015. ©AFP - BORIS HORVAT
La Cité radieuse, dessinée par l'architecte Le Corbusier, à Marseille, en 2015. ©AFP - BORIS HORVAT
La Cité radieuse, dessinée par l'architecte Le Corbusier, à Marseille, en 2015. ©AFP - BORIS HORVAT
Publicité
Résumé

Iconique et historique, la Cité radieuse est la première des cinq Unités d'habitation de Le Corbusier. 70 ans après sa construction, le paquebot de verre et de béton fascine toujours malgré sa gentrification.

avec :

Rudy Ricciotti (Architecte).

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec Rudy Ricciotti, architecte, Jacques Sbriglio, architecte urbaniste et spécialiste de Le Corbusier, Hélène Balu, urbaniste et présidente de l'association des habitants de la Cité radieuse, Magali Mazzella, architecte et membre de l'association des habitants et du conseil syndical de la Cité radieuse, Marie Morel, résidente de l'immeuble, Thomas, résident de l'immeuble, et Dominique Gerardin, résidente de la Cité radieuse et gérante de l'Hôtel Le Corbusier et de son restaurant Le Ventre de l'architecte.

La Cité radieuse a un fonctionnement social et démocratique. Les gens y vivent bien, c'est une belle œuvre, c'est un peu bobo, il faut le dire, c'est un peu une population privilégiée qui habite là. Mais c'est une population méritante, parce que les charges de propriété sont très élevées et ceux qui habitent la Cité radieuse ont fait un choix amoureux. On n'habite pas impunément la Cité radieuse. Rudy Ricciotti

Publicité

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 2016, la Cité radieuse attire de plus en plus de touristes. Pour ne pas perdre le caractère "village" de l'immeuble, voulu par ses concepteurs, l'association des habitants maintient quelques activités de loisirs et de convivialité. On y trouve une bibliothèque, une salle de projection, un compost collectif et un jardin partagé au pied de l'immeuble. Sensibilisée très tôt par les œuvres architecturales du Corbusier, Hélène Balu vit dans ce bâtiment iconique avec sa compagne depuis plus de vingt ans.

Vivre dans cet immeuble, c'est choisir la qualité des espaces qui nous sont proposés, même s'il faut peut-être se mettre dans le moule que Le Corbusier nous a proposé, et qui est parfois raide on va dire. Soit vous acceptez, soit vous n'acceptez pas. Vous ne venez pas avec votre armoire normande, ou votre buffet, enfin vous pouvez mais ça fait décalé, ça existe quand même. Vous vous fondez dans l'univers conçu par Le Corbusier. Hélène Balu

La Cité radieuse, dessinée par l'architecte Le Corbusier, à Marseille, en 2015.
La Cité radieuse, dessinée par l'architecte Le Corbusier, à Marseille, en 2015.
© AFP - BORIS HORVAT

Magali Mazzella, architecte et membre de l'association des habitants et du conseil syndical, est arrivée par hasard à la Cité radieuse.

Je suis arrivée par opportunité, on m'a parlé d'un appartement qui était à vendre, j'ai sauté sur l'occasion, je suis venue le voir et j'en suis tombée amoureuse. Cela fait 13 ans que j'y vis (...) je crois qu'aujourd'hui mon appartement vaut le double, les choses ont changé à Marseille. Avec la pression foncière, le manque de logements, c'est compliqué et donc les appartements ont pris de la valeur. Magali Mazzella

Pour Thomas, qui travaille dans l'immobilier, un duplex de la Cité radieuse est loin d'être un habitat classique.

Le seul critère que j'avais c'était que le logement soit d'origine le plus possible. Sans la cuisine d'origine je n'aurais pas acheté, elle est mythique et ça fait partie intégrante du Corbusier. Même dans ma décoration, j'ai repris des éléments de design qu'il avait dessinés pour essayer d'être au plus proche de sa vision, tout en apportant ma touche personnelle. C'est une vraie passion. Thomas, habitant de la Cité radieuse

Marie Morel, résidente de la Cité radieuse.
Marie Morel, résidente de la Cité radieuse.
- Tewfik Hakem

Habitante de la Cité radieuse depuis 40 ans, Marie Morel vit au 2e étage de l'immeuble et constate que l'immeuble s'est gentrifié au fil des années :

Je suis venue vivre ici à une époque où j'avais divorcé. Cette vie dans l'immeuble, un peu collective, et tout ce que cela représentait de chaleur humaine me convenait tout à fait. (...) La population a beaucoup changé, avant il y avait une variété au niveau de la société beaucoup plus importante par rapport à maintenant. Les appartements sont beaucoup plus chers, on a beaucoup de travaux et les jeunes couples qui viennent ici doivent faire face à toutes ces charges, ils ont un prêt à rembourser etc. Donc cela a effectivement modifié la population qui habite l'immeuble. Marie Morel

L'architecte Le Corbusier devant une maquette de la  Cité radieuse, lors d’une exposition sur son travail, le 12 septembre 1957 à Berlin.
L'architecte Le Corbusier devant une maquette de la Cité radieuse, lors d’une exposition sur son travail, le 12 septembre 1957 à Berlin.
© AFP - INTERNATIONAL NEWS PHOTOS (INP)

Outre les résidents permanents, propriétaires et locataires, et les visiteurs, dont les étudiants en architecture qui visitent groupés, il y a des clients de l'hôtel de l'immeuble situé dans la rue commerçante et surtout des personnes qui viennent passer quelques jours dans des appartements loués via Airbnb. Certains propriétaires louent leurs biens tout au long de l'année, ce qui peut provoquer des tensions, comme nous l'explique Dominique Gerardin, résidente de la Cité radieuse et gérante de l'Hôtel Le Corbusier et de son restaurant Le Ventre de l'architecte.

Nous sommes face à un dilemme : il faut conserver ce magnifique patrimoine mais faire en sorte qu'il soit également conforme aux normes d'hôtellerie, contrairement à d'autres que je ne nommerai pas, qui font de la fraude fiscale et de la fraude à la TVA, via la plateforme Airbnb. Ce sont des personnes qui achètent très très chers, parce que malheureusement les prix ont atteint des sommets, pas loin de 4 000 euros le mètre carré. (...) Ces gens-là, surtout quand ils viennent en résidence secondaire, ils font du Airbnb pour payer les charges. Dominique Gerardin

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Gwendoline Troyano
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation