Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot - © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot - © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot - © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei
Publicité
Résumé

Situé dans le Val de Loire, à Bagneux, le jardin de la maison familiale du dessinateur Nicolas Jolivot est un petit lopin de terre de 300 mètres carrés aussi modeste que merveilleux.

avec :

Nicolas Jolivot (Artiste plasticien), Pascal Laigle (Ancien directeur du service environnement de la ville de Saumur et de la Communauté d'Agglomération).

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec Nicolas Jolivot, artiste plasticien et auteur de Voyages dans mon jardin (ed. Hongfei Cultures) et Pascal Laigle, ancien directeur du service environnement de la ville de Saumur et de la Communauté d'Agglomération.

Nicolas Jolivot dans son jardin à Bagneux, à côté de la ville de Saumur, dans le Val de Loire
Nicolas Jolivot dans son jardin à Bagneux, à côté de la ville de Saumur, dans le Val de Loire
- Tewfik Hakem
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
- © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei

Après avoir voyagé au bout du monde, en Asie et en Afrique, Nicolas Jolivot a consacré deux années consécutives à explorer chaque heure de chaque jour son propre jardin, pour dessiner sa flore et sa faune, mais aussi pour raconter l'histoire de ce lopin de terre et de ceux qui l'ont habité et cultivé au fil des deux derniers siècles. Le résultat est époustouflant de beauté avec 206 pages grand format de dessins méticuleux, accompagnés de textes documentés :

Publicité

" Je laisse les plantes s'installer là où elles veulent, je les laisse se déplacer. Par exemple, les ancolies que j'avais plantées ici il y a quinze ans, avec le vent d'ouest qui est dominant, leurs graines vont vers le fond du jardin et elles se déplacent. Petit à petit, elles s'installent là où elles sont le plus à l'aise, et pour toutes les autres plantes qui viennent de l'extérieur c'est pareil. Les herbes je les laisse pousser par endroits, (…) je pense que c'est important de ne pas tout le temps devoir les raser, j'essaie de gérer à peu près comme je peux entre ce que je veux planter et ce qui vient de l'extérieur mais c'est valable aussi pour les oiseaux, les insectes et tout le reste".

Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
- © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei

Cultiver son jardin sans avoir la main verte, c'est possible, à condition toutefois d'être bien conseillé. Nicolas Jolivot pouvait compter sur son voisin, Pascal Laigle, qui a été botaniste avant de travailler pour la mairie. Il a été en charge de la revégétalisation de la rivière qui passe non loin de la maison et du jardin de Nicolas Jolivot :

"Dans ce jardin, j'aime découvrir des choses que je ne connais pas, des choses que je n'aurais pas imaginées ainsi. Ici, l'agencement de la pierre et du végétal, l'agencement de l'horticole et du maraichage, des plantes décoratives, des arbres, comme le palmier, le cerisier, le laurier-sauce, la glycine, tout cet agencement qui paraît fouillis d'un premier coup d'œil ne l'est pas en réalité".

Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
- © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei

Sous un ciel bleu limpide de printemps, Nicolas Jolivot nous raconte que depuis qu'il a récupéré ce jardin, il y a 25 ans, il a constaté quelques évolutions dans la faune environnante  :

"En regardant de près, je me suis rendu compte que 15, 20 ou 25% des insectes qui sont présents aujourd'hui ne l'étaient pas quand j'étais petit. Ces insectes sont venus à cause du réchauffement climatique et de la mondialisation (…) par exemple, dans le rosier, si on s'approche, on a peut-être quatre ou cinq sortes de coccinelles différentes : des coccinelles qui sont plus oranges, des coccinelles noires avec des taches rouges (…), ou sans point. Il semblerait qu'on ait utilisé il y a quinze ans des coccinelles pour lutter contre les pucerons, des espèces venant d'Asie, et qu'elles se soient multipliées en France dans les jardins".

Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
Extrait de "Voyages dans mon jardin", illustré et écrit par Nicolas Jolivot
- © Nicolas Jolivot - éd. Hongfei

Bibliographie

Voyages dans mon jardin, illustré et écrit par Nicolas Jolivot (ed. Hongfei Cultures)