Entrée de la maison Frochot, à Pigalle, 9e arrondissement de Paris.
Entrée de la maison Frochot, à Pigalle, 9e arrondissement de Paris.
Entrée de la maison Frochot, à Pigalle, 9e arrondissement de Paris. - Emmanuelle Corne
Entrée de la maison Frochot, à Pigalle, 9e arrondissement de Paris. - Emmanuelle Corne
Entrée de la maison Frochot, à Pigalle, 9e arrondissement de Paris. - Emmanuelle Corne
Publicité
Résumé

Située dans le quartier de Pigalle, à Paris, la Maison Frochot est une demeure bien particulière. Construite dans le style néo-gothique, cette maison a connu bien des histoires étranges et inexpliquées.

En savoir plus

Classée monument historique, la Maison Frochot a pour réputation de n'avoir pas porté bonheur à ceux qui l'ont occupée. Son actuel propriétaire, Jean-Jacques Giraud, nous ouvre les portes de l'étrange maison Frochot. Avec Thierry Cazaux, écrivain et spécialiste de l'histoire de Paris, Philippe Baudouin, philosophe et auteur de Apparitions. Les archives de la France hantée (éd. Hoëbeke) et Geneviève Delpech, veuve de Michel Delpech et medium.

J'ai hérité de cette maison en 2010. Elle appartenait à Patrick de Brou de Laurière qui voulait avoir un hôtel particulier à Paris pour donner des concerts d'une centaine de personnes. J'ai cherché pour lui cet hôtel particulier et je suis arrivé devant cette maison. Et je me suis dit : "ça c'est une des maisons les plus extraordinaires que j'aie vues. Il n'y a qu'un défaut : on ne peut pas donner un concert de cent personnes, on ne peut donner que des concerts d'une trentaine ou quarantaine de personnes. Après cette découverte, on part à Tanger, on reçoit un coup de téléphone et on lui dit : "Monsieur, si vous êtes intéressé par la maison il faut vous décider tout de suite, sinon c'est Jack Nicholson qui va l'acheter. Alors il a dit : "Je l'achète". Jean-Jacques Giraud

Publicité

Une maison qui détonne par son architecture

Thierry Cazaux, écrivain passionné par l'histoire des quartiers de Paris, nous explique pourquoi cette maison était déjà singulière dès sa construction au XIXe siècle.

Cette maison a été construite autour de 1839, à peu près à la même époque que se construisaient les autres maisons de l'avenue Frochot, donc on est dans un lotissement privé. Simplement cette maison est dans un style néo-gothique alors que les autres maisons sont soit néo-palladiennes soit néo-Renaissance, comme ce sera très à la mode dans les années 1840. (…) Dans les années 1830 on est déjà dans les derniers feux du néo-gothique. Ce n'est presque plus à la mode. Thierry Cazaux

Une maison "hantée"

Selon Philippe Baudouin, spécialiste du spiritisme, la maison Frochot présente un certain nombre de caractéristiques du stéréotype de la maison hantée.

Je pense à La maison du diable de Robert Wise, La maison de la sorcière de Lovecraft… c'est une maison qui est généralement en partie cachée, en partie dissimulée depuis l'extérieur. C'est le cas ici, il faut passer une grille et puis derrière un arbre assez imposant on trouve cette façade. Cette maison de style néo-gothique a pour particularité de présenter plusieurs aspects saillants, pointus, qui donnent un côté menaçant, assez impressionnant, avec des boiseries, du métal… ça a une certaine envergure, avec les vitraux, qui rajoutent un charme désuet avec cet univers médiéval, rattaché aux sorcières, à la possession. (…) même si je suis venu dans cette maison deux ou trois reprises, à chaque fois ce qui me surprend, malgré toutes les discussions que j'ai pu avoir avec Jean-Jacques Giraud, c'est ce silence. Presque une chape de plomb qui s'abat sur vous quand vous pénétrez dans cette maison. Philippe Baudouin

La maison Frochot, dans le quartier de Pigalle, à Paris
La maison Frochot, dans le quartier de Pigalle, à Paris
- Emmanuelle Corne

A la fin du reportage, Geneviève Delpech partage ce qu'elle ressent dans cette maison.

L'escalier est glacé, plus que n'importe quelle pièce. Et puis j'ai vu du sang, dans l'escalier, il a dû y avoir un accident, il y avait peut-être pas de moquette, quelqu'un est tombé dans l'escalier. (…) Mais c'était quelque chose de violent, c'est quelqu'un qui est sûrement tombé d'un coup. (…) Cette maison n'est absolument pas maudite, on peut même y dormir, il ne vous arrivera rien. Mais vous pouvez entendre des bruits, c'est lourd, parce que je pense que la personne qui est tombée et qui s'est tuée dans les escaliers, elle n'a pas compris ce qui lui est arrivé. Il faudrait l'aider à partir, elle est toujours là. Elle est absolument pas malveillante, pas du tout, elle est perdue. (…) Ce manoir… il voudrait qu'on l'aime ! Geneviève Delpech