Comment le journal Le Monde a franchi le cap des 500.000 abonnés ?
Comment le journal Le Monde a franchi le cap des 500.000 abonnés ? ©Maxppp - Jean-Luc Flemal
Comment le journal Le Monde a franchi le cap des 500.000 abonnés ? ©Maxppp - Jean-Luc Flemal
Comment le journal Le Monde a franchi le cap des 500.000 abonnés ? ©Maxppp - Jean-Luc Flemal
Publicité

Le quotidien a dépassé le cap symbolique des 500.000 abonnés. Plus précisément : 414.000 abonnés numériques et 87.000 abonnés « papier ».

18 décembre 1944. Sur une feuille unique, recto-verso (en cause, la pénurie de papier), les Français éprouvés par la guerre découvrent un nouveau quotidien. En haut, à droite, une notice s’adresse aux curieux avides de découvrir le contenu du traité d’alliance que la France et l’URSS viennent de conclure. Elle énonce : « Un nouveau journal paraît : Le Monde_. Sa première ambition est d'assurer au lecteur des informations claires, vraies et, dans toute la mesure du possible, rapides, complètes. »_

Depuis lors, 77 années ont passé. Et l’adresse originelle porte haut sa raison d’être. En effet, le quotidien a dépassé le cap symbolique des 500.000 abonnés. Plus précisément : 414.000 abonnés numériques et 87.000 abonnés « papier ». Une prouesse, dans un secteur fragilisé notamment par l’avènement du numérique. Une tendance de fond, aussi, qui concerne dans une moindre mesure la plupart des principaux titres français, puisque depuis 2017, la lecture de la presse est majoritairement réalisée sur support numérique dans notre pays. Jérôme FENOGLIO, le directeur du Monde, revient sur la diffusion dans le temps long du journal fondé par Hubert BEUVE-MÉRY.

Publicité

Dès 1995, le journal fait le pari du numérique. Le 19 décembre, alors que Le Monde fête ses 51 ans, le site du Monde.fr est inauguré. Il faudra attendre 2010, cependant, année où le trio d'actionnaires Bergé-Niel-Pigasse rachète le quotidien du soir, pour qu’une part des articles en ligne devienne payante. En 2016, les abonnements franchissent pour la première fois la barre des 100 000 et dépassent les abonnements « papier ».

Puis la pandémie accélère cette tendance. D’abord, parce qu’elle marque un nouveau coup dur pour le papier, à travers la fermeture des kiosques, la chute des revenus publicitaires, la faillite de Presstalis. Ensuite, parce qu’elle dope la croissance des abonnements numériques : rien qu’au premier semestre 2020, Le Monde engrange 95.000 abonnés en ligne. Pour Jérôme FENOGLIO, le cœur de cette stratégie de croissance repose d’abord sur le contenu : l’avenir de la presse est dans le journalisme.

Si Le Monde est aujourd’hui le premier média français d’information générale par le nombre d’abonnés numériques, devant Mediapart et ses 220.000 abonnés, la bataille n’est pas terminée. D’abord, parce que les nouveaux inscrits, ceux notamment qui ont effectué la démarche durant la pandémie, doivent être fidélisés. Ensuite, parce qu’il faut continuer de diversifier, de rajeunir le lectorat.

Dans ce domaine, les réseaux sociaux sont capitaux. Ainsi, Le Monde compte 1,4 million d’abonnés sur Snapchat, 1 million sur YouTube, 225.000 sur TikTok. Cette stratégie de diversification est décisive. Car la gratuité paie. Plus les audiences gratuites se développent et plus le quotidien recense d’abonnements.

Bien sûr : réjouissons-nous de ces résultats. Dans cette ère nouvelle où la croyance dans les faits n’est plus assurée, où des territoires entiers se détachent du continent de la vérité, réjouissons-nous. Et une idée de cadeaux pour les retardataires, dont je suis. Un abonnement à un titre de presse : Le Monde ou Mediapart, Le Figaro ou Sud-Ouest, le Progrès, l’Obs., Le Point, Les Echos, La Croix, la Voix du Nord, je m’arrête là : la liste est longue, riche, fragile aussi. Soutenons-la ! Car c’est ainsi, notamment, par cette prière, par l’écoute de France Culture aussi, que s’offre l’avenir. Et que le monde sera à nous. 

L'équipe

Quentin Lafay
Quentin Lafay
Quentin Lafay
Production
Anna Pheulpin
Collaboration