Bitcoins ©AFP - JACK GUEZ
Bitcoins ©AFP - JACK GUEZ
Bitcoins ©AFP - JACK GUEZ
Publicité
Résumé

Les cryptomonnaies jouent actuellement un rôle majeur dans la guerre en Ukraine. Un rôle inédit dans un conflit armé entre deux États.

En savoir plus

"La guerre des cryptomonnaies". Depuis plusieurs années, cette expression pullule dans les revues de presse et les discours paresseux, comme des bitcoins dans un portefeuille d’oligarques. Pour encapsuler les passions, les fantasmes, les perspectives de profit et de déception, les enjeux de pouvoir qui encerclent ces devises numériques.

Et Maintenant ? L’expression a pris une consistance tangible et une résonance alarmante. Car les cryptomonnaies jouent actuellement un rôle majeur dans la guerre qui ébranle l’Ukraine et les Ukrainiens. Un rôle inédit dans un conflit armé entre deux États. Côté ukrainien, d’abord, des cryptos pour financer la guerre et l’aide humanitaire. Côté russe, ensuite, pour faire face aux sanctions économiques qui s’amoncellent. Au premier jour du conflit, on a ainsi enregistré un pic d’achats de bitcoins en roubles. Hugo Estecahandy, doctorant à l'Institut français de géopolitique et chercheur au sein du projet GEODE - Géopolitique de la datasphère, spécialisé sur les enjeux géopolitiques des cryptomonnaies, nous explique.

Publicité

"Soutenez le peuple ukrainien. Nous acceptons désormais les dons en cryptomonnaies", a signé sur Twitter le vice-Premier ministre du pays, le 26 février dernier. Dans le tweet suivant, il a affiché les adresses des portefeuilles numériques permettant à chacun de transférer des sommes en bitcoin, ethereum et USDT. Ainsi : avant-hier, en Ukraine, plus de 78 millions de dollars en cryptomonnaies ont été reçus à titre caritatif, selon le gouvernement ukrainien. L’une des sources les plus importantes date du 2 mars dernier : la vente d'un drapeau de l'Ukraine en NFT pour la somme de 6,7 millions de dollars.

Côté russe, maintenant : on a beaucoup lu que les cryptomonnaies pourraient permettre aux oligarques de contourner les sanctions internationales. Mais l’idée n’est pas si juste. D’abord, car le marché des crypto monnaies est plus surveillé qu’on ne l’imagine. Selon Hugo Estecahandy, les agences de contrôle ont développé des outils puissants pour tracer les transactions.

Et des sommes aussi importantes que celles qui pourraient être déplacées par l’élite économique russe serait vite identifiées et bloquées. Surtout : les oligarques ont développé bien d’autres méthodes et moyens pour s’en sortir et s’émanciper des réseaux officiels et légaux. Les oligarques et leurs stratégies de contournement, c’est d’ailleurs cela qu’on les reconnaît. En fait, depuis que les établissements bancaires et financiers de la Russie ont été exclus du système interbancaire international Swift, les cryptos peuvent peut-être venir en aide au peuple russe.

Bruno Le Maire, a déclaré que les futures sanctions comprendront aussi des mesures sur les cryptomonnaies. Sans plus de précisions. En attendant, les cryptomonnaies apportent soutien et alternatives à ceux dont le quotidien, la réalité tangible, sont bouleversés. Et ce, des deux côtés de la frontière. Alors, si l’argent n’a pas d’odeur. On pourrait penser que l’argent numérique n’a pas de couleur. Les plateformes d’échange, cependant, sont sommées de choisir leur camp.

2 min
2 min
Références

L'équipe

Quentin Lafay
Production