Mont Saint Michel
Mont Saint Michel
Mont Saint Michel ©AFP - Damien MEYER
Mont Saint Michel ©AFP - Damien MEYER
Mont Saint Michel ©AFP - Damien MEYER
Publicité
Résumé

D’ici à 2050, près de 1,4 million de personnes pourraient vivre sous la ligne de marée haute, de l'Aquitaine aux Hauts-de-France.

En savoir plus

On sait, depuis quelques temps déjà, que la montée des eaux menace nos villes. Et que ce processus est irréversible… En cause ? D’abord, le réchauffement des eaux : l’eau de la mer plus chaude prend plus de place. C’est la dilatation thermique. Ensuite, la fonte des glaciers continentaux : elle vient augmenter le niveau général des mers. Longtemps toutefois, la menace de ces mers montantes est demeurée théorique et lointain.

Et Maintenant ? D’ici à 2050, près de 1,4 million de personnes pourraient vivre sous la ligne de marée haute, de l'Aquitaine aux Hauts-de-France. Un certain nombre de travaux, récents, montrent et démontrent, avec plus de précision que jamais, quelles villes seront particulièrement touchées. Emma HAZIZA, hydrologue, chercheuse, est fondatrice de Mayane, un Centre de recherche appliqué dédié aux stratégies de résilience territoriales et à l’adaptation face au changement climatique. En se fondant sur un modèle particulier, celui du climate central, un organisme de recherche américain, elle expose la multitude de régions françaises concernées…

Publicité

Alors, selon Emma Haziza, plusieurs échéances sont possibles. Si l’on parvenait à réduire d’une manière drastique nos émissions, on atteindrait une augmentation de l’ordre de 28 centimètres en 2100. Et cela, sans compter les effets domino ou la fonte du pergélisol. Toutefois, en observant les émissions réelles, on se situerait plutôt vers 30cm en 2030, 80cm en 2040 et 1m50 en 2050, à cause des effets d’emballement. Dans tous les cas, ce que décrit Emma HAZIZA surviendra dans les décennies qui viennent. Et en réalité, même, la montée des eaux frappe déjà les communes françaises.

En France, les conséquences seront majeures sur la géographie, la répartition de la population, l’activité économique, la vie sociale, la biodiversité, les prix de l’immobilier… En outre, avec quelques centimètres d’eau en plus, les ondes de tempêtes risquent de se propager « plus loin dans les terres qu’auparavant ». Dans le même temps, on verra « une augmentation de la fréquence des inondations dues aux marées hautes ». Alors face à cela, que faire ? Comment agir et réagir, collectivement, lorsqu’on sait que le processus est de toute façon inéluctable ? Une chose est sûre. Il ne suffira pas de crier « que d’eaux, que d’eaux ».

Que faire ? C’est aussi permettre à chacun de voir, de se préparer. Sur la page internet de cette émission, nous mettrons la carte réalisée par l'institut de recherches Climate Central qui permet de voir, selon les scenarios possibles, quelles zone côtières, quelles villes sont menacées par la montée des eaux. Et de lire l’avenir, auquel il faut désormais se préparer.

Références

L'équipe

Quentin Lafay
Production