Courchevel
Courchevel
Courchevel
Courchevel
Courchevel
Publicité
Résumé

Le modèle des stations de ski est en proie à de nombreuses mutations avec pour objectif celui de poursuivre une transition déjà engagée.

En savoir plus

Longtemps, les stations françaises n’ont compté que sur une activité et une seule pour se développer : le ski. Le ski, qui assurait leur rayonnement, leurs revenus, leur avenir. Et Maintenant ? Les stations doivent engager, poursuivre en réalité, leur transition. Pour avancer, d’où partons-nous ? Emmanuelle George, chercheuse en économie et gouvernance des stations de montagne à l’INRAE, met en lumière les fondations sur lesquelles reposait jusqu’alors le modèle des stations de ski françaises.

"Plan neige" et préoccupations environnementales

Le deuxième axe, au cœur du plan neige et du modèle français, c’est une relation étroite, forte, entre le domaine skiable où le ski sert de produit d’appel, et la capacité d’accueil : des locations pour inciter des vacanciers à rester la semaine entière en station. Or, depuis la fin des années 80 et le début des années 90, la France ne crée plus de stations : elle gère le parc existant.

Publicité

Ce parc est frappé d’une double crise. Environnementale, d’abord. Comme le met en lumière un article de la revue en ligne The Conversation, "Les observations effectuées par le Centre d’études de la neige au Col de Porte, à 1325 m d’altitude dans le massif de la Chartreuse (Alpes du Nord) montrent que la hauteur moyenne de neige sur la période 1990-2017 a baissé de 40 cm par rapport à la période 1960-1990". Ces observations se retrouvent dans l’ensemble de l’arc alpin ; en parallèle, les stations de ski sont traversées par d'autres mutations.

Face à ces transformations de fond, les stations de ski n’ont pas attendu pour engager leur transition. Selon le Centre national de Recherches météorologiques, 45 % des pistes de ski françaises devraient être équipées de canon à neige dans les prochaines années. Une situation désastreuse sur le plan écologique.

Des disparités persistantes

Mais dans le même temps, 120 000 emplois directs ou indirects dépendent du ski dans notre pays. Par ailleurs, cette situation globale marque de fortes disparités entre les stations françaises. Ces disparités font que les canons à neige devraient permettre de maintenir l’activité ski pour les décennies à venir, du moins, pour certaines de ces stations... mais pas pour d’autres. Des disparités se font également jour dans la force économique pour investir et se transformer. Emmanuelle George appelle à examiner la question… territoire par territoire.

Dans quelques décennies, les stations françaises ne seront plus uniquement de ski. Elles seront aussi de randonnées, de contemplation, d’escalade, de sports d’été, en fonction de l’intérêt et des forces de chaque territoire. Espérons qu’il y neige encore, naturellement et que ces vers y vibreront encore : "Très haut Le bleu Se désassemble Le ciel part en poussières : Poumons du temps Poudre d’espace Sucrée ? Salée ? Qui sait ?" Un extrait de Pas sur la neige de Jean-Michel Maulpoix.

Références

L'équipe

Quentin Lafay
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Anna Pheulpin
Collaboration