Une fumeuse française.
Une fumeuse française.
Une fumeuse française. ©AFP - Pascal POCHARD-CASABIANCA
Une fumeuse française. ©AFP - Pascal POCHARD-CASABIANCA
Une fumeuse française. ©AFP - Pascal POCHARD-CASABIANCA
Publicité
Résumé

Alors que l’incidence tend à stagner chez les hommes depuis des années, les nouveaux cas de cancer du poumon frappent les femmes… dans 34% des cas.

En savoir plus

Longtemps, le cancer du poumon n’a touché presque que les hommes. Ou très majoritairement. En l’an 2000, les femmes représentaient ainsi 16 % des nouveaux cas de cancer du poumon.

Et Maintenant ? On constate que cette proportion a explosé. En effet, alors que l’incidence tend à stagner chez les hommes depuis des années, les nouveaux cas de cancer du poumon frappent les femmes… dans 34% des cas. C’est deux fois plus qu’il y a 20 ans. Et la proportion de femmes atteint même 41% parmi les patients de moins de 50 ans. Ces résultats sont ceux de l’étude KPB, menée par le Collège des pneumologues des hôpitaux généraux depuis 20 ans, auprès de milliers de patients. Des résultats effarants, qui conduisent certains spécialistes à parler de véritable épidémie des cancers du poumon chez les femmes. Mais pourquoi user d’un tel terme, "épidémie", qui concerne usuellement les maladies transmissibles ? Emmanuel Ricard, médecin de santé publique, délégué au service de prévention et promotion du dépistage de la Ligue Contre le Cancer répond à cette question. 

Publicité

La tabagisme en hausse chez les femmes 

C’est, évidemment, le tabac qui est la première cause de cette épidémie : l’origine de 85% des cancers du poumon. Mais alors que depuis les années 1970, le tabagisme masculin a fortement chuté, et qu’il semble avoir aujourd’hui atteint un plateau, c’est l’inverse qui s’est produit pour le tabagisme des femmes. Et les courbes tendent à se rapprocher. Ainsi en 2017, selon Santé Publique France, près de 24% des femmes âgées de18 à 75 ans déclaraient fumer tous les jours ; contre 30 % chez les hommes.

Alors l’augmentation du tabagisme parmi les femmes a une source, fangeuse : les stratégies pensées par l’industrie du tabac. Des publicités en rafale qui se fondent sur les stéréotypes de genre, qui lient avec malhonnêteté l’usage du tabac aux idéaux faussés de la minceur, de l’élégance, du prestige, du chic, de la séduction. Des produits, soi-disant sur mesure, aussi : les cigarettes fines, les paquets flashy, les tabacs plus légers, qui réduisent prétendument les risques. Emmanuel Ricard nous explique ce marketing ciblé en direction des femmes, qui crée un rapprochement forcé entre tabac et libération.

Face à cela, il s’avère que les campagnes de sensibilisation, différenciées entre les femmes et les hommes, ont une portée limitée. Toutefois, des stratégies sont mises en œuvre, notamment par Santé Publique France, pour permettre aux femmes d’être davantage exposées aux campagnes d’incitation à l’arrêt du tabagisme. Dans le même temps, d’autres stratégies sont imaginées, comme les aides différenciées à l’arrêt du tabac proposées selon le sexe, au niveau individuel. La bataille est lancée et le but est clair. Éviter, comme cela est déjà le cas aux États-Unis, que le cancer du poumon soit le cancer le plus mortel pour les femmes.

En savoir plus : Lutte contre le tabagisme : quelles sont les mesures les plus efficaces ?