Réforme de la formation des enseignants : quels risques et quels enjeux ?
Réforme de la formation des enseignants : quels risques et quels enjeux ?
Réforme de la formation des enseignants : quels risques et quels enjeux ? ©Getty -  sesame
Réforme de la formation des enseignants : quels risques et quels enjeux ? ©Getty - sesame
Réforme de la formation des enseignants : quels risques et quels enjeux ? ©Getty - sesame
Publicité
Résumé

Alors que la réforme du CAPES, concours de recrutement des professeurs de collège et de lycée, suscite l'inquiétude des enseignants, Etre et savoir se penche sur la question essentielle de la formation de ceux qui formeront les élèves de demain.

avec :

Nathalie Mons (Présidente du Conseil national de l'évaluation du système scolaire (Cnesco), professeure de sociologie à l'université de Cergy-Pontoise et au CNAM (chaire Évaluation des politiques publiques d’éducation)), Julien Cahon (Historien de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne), François-Xavier Bellamy (Député au parlement européen, président de la délégation française PPE), Patrick Garcia (historien, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent), Pierre Claustre (Professeur d'Histoire-Géographie dans le second degré (Académie de Créteil) et militant sur les questions de formation des enseignants au SNES-FSU), Vincent Soetemont (DGRH des ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche).

En savoir plus

Un arrêté relatif au concours de recrutement publié le 29 janvier 2021 vient de préciser les nouvelles modalités du concours pour enseigner dans le second degré, c’est-à-dire le CAPES.

Son organisation va évoluer. Le futur enseignant se formera, effectuera des heures en établissement et rédigera son mémoire de fin d’études l’année lors de la deuxième année de Master, tout en préparant le concours. Ce point est très débattu. 

Publicité

Ce qui changerait, c’est aussi l’esprit du concours, avec un oral centré sur des questions plus pratiques et moins scientifiques. Une trentaine d’associations disciplinaires se sont déjà exprimées contre la réforme.

Mais ce qui va nous intéresser ce soir c’est aussi de comprendre les enjeux attachés à la manière de préparer et de recruter ceux qui exerceront le métier d’enseignant… Car cette réforme intervient sur fond de crise du recrutement dans l’éducation nationale. Nous aurons des éléments de réponse et de réflexion avec différentes voix issues de la recherche, de l’enseignement, du ministère de l’Education nationale et de la politique. 

Vous entendrez ainsi le député au Parlement européen (LR) et professeur de philosophie François-Xavier Bellamy, l'historien de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne Julien Cahon, le professeur des universités (Cergy Paris université) et INSPE (Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation) de l’académie de Versailles Patrick Garcia, la professeure au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), titulaire de la chaire "Evaluation des politiques éducatives" et responsable du CNESCO (Centre national d'étude des systèmes scolaires) Nathalie Mons (entretien pré-enregistré), le professeur d'Histoire-Géographie dans le second degré (Académie de Créteil) et militant sur les questions de formation des enseignants au SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré) Pierre Claustre, ainsi que le directeur général des ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Vincent Soetemont (entretien pré-enregistré).

Un débat ancien 

La question de la formation est très ancienne, rappelle Julien Cahon.

La question de la formation n'est pas récente, tout comme celle des modalités des concours et de la professionnalisation, cela remonte à la fin du 19e siècle. Julien Cahon

A partir du milieu du 20e siècle jusqu’aux années 80 on est dans le temps des changements avec notamment la création du capes en 1950. Un autre changement important depuis 1989 c’est la création des IUFM. On note encore des évolutions importantes depuis 2010. Julien Cahon

On ne peut pas construire une société plus juste sans prendre la mesure du débat éducatif. François-Xavier Bellamy

À réécouter : Profession professeur : être enseignant aujourd'hui

Formation continue et initiale 

Les questions de formation sont toujours des situations frustrantes analyse Patrick Garcia.

La formation continue favorise plus les inspecteurs que les enseignants en France. Nathalie Mons

C’est l’éducation nationale qui forme l’éducation nationale, il faudrait faire entrer un peu d’oxygène. Nathalie Mons

Au SNES ce qu’on préconise c’est une formation continue qui soit liée à la recherche et donc à l’université. Pierre Claustre

Bien sûr il y a un savoir faire de la transmission de la pédagogie qui est important, mais l’enseignant est toujours d’abord un artisan et on ne peut pas appliquer les codes du management contemporain à son métier. François-Xavier Bellamy

À réécouter : C'est la rentrée... : professeurs stagiaires, une vraie galère !

Une réforme très controversée 

Selon Pierre Claustre, Cette reforme fait l’unanimité contre elle. 

On va recruter un professeur d’anglais pour les 30 prochaines années sur la base de 30 mn d’oral d’anglais. François-Xavier Bellamy

La réforme concerne tous les concours pas seulement le CAPES, c’est une reforme de très grande ampleur. Pierre Claustre

On va avoir une mécanique de désorganisation de l’Education nationale. Patrick Garcia

Cette réforme me semble dangereuse par l’appauvrissement qu’elle traduit du point de vue de la maîtrise de la discipline. François-Xavier Bellamy

À réécouter : Qu'est ce qu'un bon professeur ?

La question de la professionnalisation 

On a voulu une formation professionnalisante mais on n’a pas voulu sacrifier le disciplinaire, explique Vincent Soetemont.

En réalité on ne fait pas de la professionnalisation avec cette réforme. Patrick Garcia

On ne fait pas une révolution, on tire les conséquences de la professionnalisation de la profession. Vincent Soetemont

L’entretien d’embauche n’est en aucun cas une garantie de professionnalisme. Patrick Garcia

À lire aussi : Enseignants : la peur du déclassement ?

L’attractivité du métier 

La première inquiétude c’est combien d’étudiants aurons-nous ? Cette réforme est une machine qui vise à diminuer les gens recrutés par concours. Patrick Garcia

Il y a une plus grande diversité des gens qui deviennent enseignants, le profil a changé. Patrick Garcia

Travailler sur l’attractivité c’est aussi travailler sur la rémunération, mais aussi sur l’accompagnement, le bien-être au travail et la mobilité. Vincent Soetemont

Il faut travailler à la sécurisation des parcours des étudiants jusqu’au concours. Pierre Claustre

À réécouter : Qu'est-ce qu'un enseignant "exemplaire" ?

Lien vers la page du CNESCO : La formation continue et le développement professionnel des personnels d’éducation.

Retrouvez la tribune de Thibaut Poirot dans le Monde du 02 février 2020 : Réforme de la formation des enseignants : « Non, un professeur n’est pas qu’un transmetteur de compétences ou de valeurs ».

Lien vers le site de François-Xavier Bellamy.

Retrouvez la tribune du Journal Du Dimanche du 12 février : Une trentaine d'associations d'enseignants dénonce des recrutements "au rabais"

Illustration sonore

  • School days, Chuck Berry (1957).
Références

L'équipe

Louise Tourret
Louise Tourret
Louise Tourret
Production
Avril Ventura
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation