Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019.
Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité

A l'occasion du Grand Débat National, "Etre et savoir" s'interroge sur la possibilité d'apprendre aux élèves à débattre. Apprendre à débattre, oui, mais pour remporter la partie ou pour s'écouter les uns les autres ?

Avec
  • Michel Tozzi philosophe, professeur émérite des Universités en sciences de l’éducation à l’université Montpellier 3.
  • Louise Bartlett Journaliste, membre de l’association CapaCités.

A l’heure du Grand Débat National, nous allons nous demander si débattre s’apprend… et comment ? 

"Vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. (…) Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens…" - nous sommes donc tous appelés à débattre par le Président de la République qui a lancé un Grand Débat National pour répondre au mouvement des "Gilets jaunes".

Publicité

Et "peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit." précise Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français.

En effet, lancer le débat exige de définir une organisation mais aussi de formuler des objectifs… Mais faut-il nécessairement que l’objectif soit de tomber d’accord ? Ce n’est pas forcément le cas dans les débats organisés en classe, débats de plus en plus nombreux de la maternelle au lycée où les élèves se questionnent collectivement sur des sujets philosophiques, des enjeux sociaux et sociétaux comme les stéréotypes, sur les savoirs même ou plus prosaïquement, mais c’est important, sur la vie à l’école.

Alors avec quelles méthodes, quelles pédagogies, pour quels effets? Qu’apprend-on en apprenant à débattre? Les débats pratiqués dans le cadre scolaire peuvent-ils inspirer la société ? Réponses avec nos invités qui pratiquent et pensent le débat à l’école.

Avec :

  • Michel Tozzi (par téléphone depuis Narbonne), philosophe, professeur émérite des Universités en sciences de l’éducation à l’université Montpellier 3 et auteur notamment de La morale, ça se discute (Albin Michel jeunesse, 2017) et Ateliers philo à la maison : dès 7 ans (Eyrolles, 2016).

Je préfère le mot "discussion" que "débattre". Dans "débattre" il y a "battre", tandis que la discussion arrête la violence, dès lors on peut commencer à parler. Il y a le débat compétition, qui est gagnant-perdant, et le débat coopération, qui est gagnant-gagnant.

Le rôle de l'école c'est d'éduquer les élèves à une citoyenneté, mais à une citoyenneté réflexive.

Dès que l'enfant se sent jugé, il n'exprime pas son opinion personnelle. Deux éléments sont essentiels dans le débat si on veut qu'il soit formateur : la sécurité et la confiance, Michel Tozzi.

  • Louise Bartlett, journaliste, membre de l’association CapaCités à l’origine du projet Débattre.

Il n' y a pas de questions ou de réponses idiotes.

Il faut souligner la différence entre information et opinion, c'est important, ça fait partie du jeu du débat avec les élèves, Louise Bartlett. 

Reportage avec :

  • Arthur Cattiaux, professeur des écoles à l’Ecole Clignancourt de Paris  et Laura Mougel, enseignante en histoire-géographie et en classe médias au Collège Gérard Philippe à Paris.

Retrouvez le site de Michel Tozzi, Philotozzi - l'apprentissage du philosopher.

La leçon de choses de Sophie Bober :

"J’étais fasciné par les danses macabres", avec le réalisateur Vincent Dieutre, qui prépare actuellement son nouveau film St Just.

Pour aller plus loin :

35 min
41 min
40 min

L'équipe

Louise Tourret
Louise Tourret
Louise Tourret
Production
Avril Ventura
Collaboration
Somany Na
Réalisation
Sophie Bober
Chronique