Depuis la naissance de Dolly, on appelle « clone » un animal généré par « transfert de noyau » d'une cellule d'adulte dans un ovule vidée de son noyau. ©Getty - Vincent Besnault
Depuis la naissance de Dolly, on appelle « clone » un animal généré par « transfert de noyau » d'une cellule d'adulte dans un ovule vidée de son noyau. ©Getty - Vincent Besnault
Depuis la naissance de Dolly, on appelle « clone » un animal généré par « transfert de noyau » d'une cellule d'adulte dans un ovule vidée de son noyau. ©Getty - Vincent Besnault
Publicité
Résumé

Dans quel but avait-on envisagé le clonage ? Quelles avancées scientifiques ont permis son développement ? Comment définit-on un clone ? Quels sont les différents types de clonage ? Quelles sont les problématiques éthiques et juridiques que soulèvent le clonage ?

avec :

Edith Heard (Généticienne. Professeure au Collège de France. Titulaire de la Chaire Epigénétique et Mémoire Cellulaire. Directrice de l’UMR “Génétique et biologie du développement”. Lauréate du Grand Prix Inserm 2017 pour ses travaux sur l’épigénétique.), Kamila Belhabich-Baumas (Ingénieure biologiste moléculaire au CNRS de Toulouse et formatrice).

En savoir plus

En 1932, Huxley décrit, dans son roman "Le meilleur des mondes" des êtres humains fabriqués en série. Le procédé Bokanovsky permet de créer 96 jumeaux identiques pour faire fonctionner 96 machines tout aussi identiques.

"Chaque clone était un défi. Cela faisait fantasmer les gens, ça a ouvert aussi l'idée qu'on pouvait imaginer des choses thérapeutiques, avec la capacité de reproduire certaines cellules somatiques, en l'utilisant avec le cytoplasme des ovocytes... Avec un cocktail de quelques facteurs, on pouvait reprogrammer des cellules pluripotentes. Mais cela a soulevé de nombreuses problématiques juridiques et éthiques, notamment sur la réflexion de faire des choses avec l'humain." - Edith Heard

Publicité

Le clonage et la figure du clone nourrissent nos imaginaires depuis longtemps, avant même que la science ne découvre la structure chimique de l’ADN, en 1953. Quand soudain, coup de tonnerre : le 24 février 1997, l'humanité a reçu un faire-part, pas comme les autres : la naissance de la brebis Dolly, le premier mammifère cloné. Une annonce qui a, à nouveau, ravivé les fantasmes. Mais depuis, sommes-nous vraiment entrés dans l’ère des clones ?

"Dolly est un mammifère, ce qui était très difficile à obtenir. Le premier clone d'un mammifère était un rat en 1943, mais c'était extrêmement difficile à obtenir. Le fait d'avoir obtenu une brebis, était considéré comme un exploit. Ils sont arrivés à maîtriser les mécanismes essentiels de la multiplication à tous les stades de développement de l'animal, jusqu'à l'âge adulte. Elle a survécu jusqu'au 14 février 2003. Malheureusement, les clones sont fragiles. C'est comme si leur mort était accélérée, leur processus de vieillissement est plus rapide ; même si elle a tout de même vécu plus de six ans." - Kamila Belhabich-Baumas

"S’il vous plaît, clone-moi un mouton", c'est notre invention du jour, une invention au centuple. Bienvenue dans "Eurêka !".

Pour bien comprendre l’histoire du clonage, nous sommes très honorés de recevoir avec nous, Edith Heard, professeure au Collège de France, directrice générale de l'EMBM, et biologiste spécialisée dans la génétique. Nous sommes également avec Kamila Belhabich-Baumas, ingénieure-biologiste moléculaire au CNRS de Toulouse, et formatrice au CNRS formation entreprise.

.
.
© Radio France

Retrouvez " Eurêka ! " dans un livre à paraître en novembre aux éditions Alisio / France Culture

Les références musicales

Le générique de début : BO du film "Ténèbres " par Dario Argento

La musique du jour : "ADN" par Philippe Katerine

Le générique de fin : "Copycat" par Billie Eillish

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production
Alexandra Delbot
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation
Maria Pasquet
Collaboration
Garance Premat-Agnelot
Collaboration
Loïc Duthoit
Collaboration
Mariam Ibrahim
Collaboration