Reproduction de la face de la Pierre de Rosette, au musée Champollion
Reproduction de la face de la Pierre de Rosette, au musée Champollion ©Getty - Arnaud Spani
Reproduction de la face de la Pierre de Rosette, au musée Champollion ©Getty - Arnaud Spani
Reproduction de la face de la Pierre de Rosette, au musée Champollion ©Getty - Arnaud Spani
Publicité

Comment les hiéroglyphes sont-ils tombés dans l'oubli ? Qu’est-ce qui est inscrit sur la pierre de Rosette ? Pourquoi un même texte a-t-il été écrit en trois langues différentes ? Comment a-t-on déchiffré ce mystère ?

Avec
  • Bénédicte Savoy Historienne de l’art à l'université technique de Berlin, elle est l'auteur avec Felwine Sarr du rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain.
  • Claude Rilly Chargé de recherche au CNRS

En 1822, après plus de dix ans de travail de traduction et de déchiffrement, Jean-François Champollion s’écrie “Je tiens l’affaire !”.

L’affaire”, c’est la compréhension des hiéroglyphes égyptiens gravés sur cette pierre de Rosette, découverte deux décennies plus tôt. C'est tout un voile qui se lève sur une civilisation et une porte qui s’ouvre à une discipline : l’égyptologie.

Publicité

"Pierre de Rosette : déchiffrez des lettres", c'est le programme polyglotte de cette aventure.

"À l'origine, c'était une stèle centrée de forme trapézoïdale et ronde, mais là il ne nous en reste qu'un peu plus de la moitié. La partie supérieure a disparu, nous n'avons plus la représentation des dieux et des rois. Il reste trois grandes bandes. Celle du haut comporte un texte en hiéroglyphes, la bande du milieu est inscrite en démotique, et tout en bas, c'est une traduction en grec… On comprend que c'est un texte qui se présente sous trois écritures différentes." Claude Rilly

3 min

"Le projet de déchiffrer les hiéroglyphes est très ancien, depuis l'Antiquité, et dans le cadre européen, depuis la Renaissance… Il y a l'idée que si on arrivait à déchiffrer ce qui était inscrit, on aurait accès à des informations, non seulement linguistiques, mais aussi des informations générales sur l'origine, de ce qu'on considérait alors, comme l'humanité… Elle est apportée au Caire, à l'Institut d'Egypte, où se réunissent les savants… On comprend très vite que cette pierre est très importante." Bénédicte Savoy

Avec Bénédicte Savoy, professeur d’histoire de l’art à l’Université technique de Berlin.
Claude Rilly, égyptologue, directeur de recherche au Centre National de Recherche Scientifique, et professeur à l’école pratique des Hautes Etudes, déchiffreront les mystères qui entourent cette intrigante pierre.

Les références musicales :

Le titre du jour : "Hiéroglyphes" par Pépite
Le générique de fin : "Egyptian Reggae" par Jonathan Richman and The Modern Lovers

L'équipe

Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production
Antonin Hamburger
Collaboration
Tom Umbenstock
Collaboration
Alexandra Delbot
Alexandra Delbot
Alexandra Delbot
Production déléguée
Milena Aellig
Réalisation
Mariam Ibrahim
Collaboration