American actress Marilyn Monroe (Norma Jean Mortenson or Norma Jean Baker, 1926 - 1962). (Photo by Baron/Hulton Archive/Getty Images)
American actress Marilyn Monroe (Norma Jean Mortenson or Norma Jean Baker, 1926 - 1962). (Photo by Baron/Hulton Archive/Getty Images) ©Getty
American actress Marilyn Monroe (Norma Jean Mortenson or Norma Jean Baker, 1926 - 1962). (Photo by Baron/Hulton Archive/Getty Images) ©Getty
American actress Marilyn Monroe (Norma Jean Mortenson or Norma Jean Baker, 1926 - 1962). (Photo by Baron/Hulton Archive/Getty Images) ©Getty
Publicité

Ralph Greenson, son psychanalyste, est la dernière personne qui a vu Marilyn Monroe vivante et la première qui l’a trouvée morte. A mots voilés, on l’accusait de meurtre.

Trente mois durant, de janvier 1960 au 4 août 1962, ils formèrent le couple le plus improbable : la déesse du sexe et le psychanalyste freudien. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau. Telle est l'histoire. Deux personnes qui ne devaient pas se rencontrer et qui ne purent se quitter. Des mots noirs et des souvenirs blancs. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste se redit la dernière séance de Marilyn.

Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau. Telle est l'histoire. Deux personnes qui ne devaient pas se rencontrer et qui ne purent se quitter. Des mots noirs et des souvenirs blancs. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste se redit la dernière séance de Marilyn.

Publicité

Né en 1944, Michel Schneider, écrivain et critique littéraire, a été directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture de 1988 à 1991. Il est l'auteur de La Comédie de la culture et de plusieurs ouvrages sur la musique, notamment Glenn Gould piano solo, Prima donna, Musiques de nuit. Il a reçu le prix Médicis de l'essai en 2003 pour Morts imaginaires et le prix Interallié 2006 pour Marilyn dernières séances.

Avec Clothilde Morgiève  (Marilyn Monroe)
Georges Claisse (Ralph Greenson)
Mohammed Rouabhi (Le narrateur)
Johanna Nizard (La narratrice)
Philippe Laudenbach (Milton Wexler)
Paul Beynet, Bonis Borgolotto, Lucie Mercat : Les musiciens
Et avec :
Karim Abdelaziz , Sandra Bechtel , Jean-Claude Bonnifait , Christine Culerier , Thierry Gary, Brigitte Guedj , Brice Hillairet , Danielle Lopès, Patrick Michaelis , Léonie Pingeot, Pierre-Stéphane Montagnier , Frankie Pain , Thierry Pietra , David Sordoillet

Bruitages : Patrick Martinache Recherches d’archives : Julie Aminthe Prise de son, montage, mixage : Claude Niort, Sylvain Dangoise Assistante à la réalisation : Cécile Laffon

« Marilyn, dernières séances » de Michel Schneider est publié aux éditions Grasset

Rediffusion de 2012, dans le Feuilleton