Illustration du roman "La Princesse de Clèves"
Illustration du roman "La Princesse de Clèves" ©Getty -  API
Illustration du roman "La Princesse de Clèves" ©Getty - API
Illustration du roman "La Princesse de Clèves" ©Getty - API
Publicité

La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second.

Ce prince était galant, bien fait et amoureux : quoique sa passion pour Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, eût commencé il y avait plus de vingt ans, elle n’en était pas moins violente, et il n’en donnait pas de témoignages moins éclatants. L’humeur ambitieuse de la reine lui faisait trouver une grande douceur à régner : il semblait qu’elle souffrît sans peine l’attachement du roi pour la duchesse de Valentinois, et elle n’en témoignait aucune jalousie ; mais elle avait une si profonde dissimulation qu’il était difficile de juger de ses sentiments. Jamais cour n’a eu tant de belles personnes et d’hommes admirablement bien faits, et il semblait que la nature eût pris plaisir à placer ce qu’elle donne de plus beau dans les plus grandes princesses et dans les plus grands princes."

Extraits choisis et réalisation par Sophie-Aude Picon
Conseillère littéraire: Emmanuelle Chevrière

Publicité

Lu par Marcel Bozonnet

26 min