Canöé en Hahiti  (19ème)
Canöé en Hahiti  (19ème) ©Getty - Michael Maslan
Canöé en Hahiti (19ème) ©Getty - Michael Maslan
Canöé en Hahiti (19ème) ©Getty - Michael Maslan
Publicité

La vie passe devant nous, infiniment complexe, traversée par les météores les plus variés et les plus surprenants, sollicitant tout à la fois l’œil, l’oreille, l’esprit, siège du merveilleux, le toucher, d’une subtilité frémissante, le ventre, si exigeant quand il est affamé.

En 1884, Stevenson a 35 ans et la publication de L’île au trésor vient de le rendre célèbre. Henry James a 42 ans et, bien qu’il ait déjà derrière lui plusieurs textes majeurs, sa réputation littéraire reste confidentielle. Il n’y a pas que la notoriété qui les distingue. Stevenson, l’écossais pur souche, champion du roman d’aventure au style épuré qui cherche toujours à débarrasser sa prose de toute complication semble aussi éloigné que possible de l’esprit de son aîné américain émigré à Londres, qui n’aime rien tant que l’ambiguïté, le secret, et les jeux de miroirs. Ces deux écrivains vont pourtant se retrouver sur un terrain commun : pratiquement seuls à cette époque, tous les deux se soucient au plus haut point de la théorie littéraire. Ce que, dans un article publié dans le Longman’s Magazine, James va nommer « l’art de la fiction » et que, lui répondant trois mois plus tard dans la même publication, Stevenson corrigera en « art du récit », est au centre de leurs préoccupations. Le retour de Stevenson est cinglant et plein d’ironie, mais James prend très bien son « humble remontrance » et lui écrit aussitôt une lettre enthousiaste. Stevenson répondra par une invitation à se rencontrer autour « d’une bonne bouteille de Bordeaux ». De là découle une correspondance admirable où l’amitié s’installe pendant que ces deux génies débattent ad libitum de la chose la plus importante de leurs vies : la littérature.

Pages choisies par Bruno Herbulot
Réalisation : Pascal Deux
Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière Avec :
Aurélien Recoing   (Henry James)
Marc Citti   (Robert Louis Stevenson)
Pauline Moulène   (Titres et chapôs)
Marie Matheron    (Fanny Stevenson)
Prise de son, Montage, Mixage : Claude Niort, Pierre Henry et Jérémie Kauffmann
Assistante à la réalisation : Manon Dubus

Publicité

Une amitié littéraire : correspondance (1884 – 1894), de Robert Louis Stevenson et Henry James est publié aux éditions Payot dans une traduction de Malika Durif

L'équipe