Description d'Olonne de Jean-Christophe Bailly

France Culture
France Culture
Publicité
Avec

Réalisation : Christine Robert et Bruno Sourcis

Rediffusion des « Nuits magnétiques » de 1989

Publicité

Un plan : c’est par lui que tout commence et que tout procède, secret de fabrique levé par l’auteur lui-même dans Tuiles détachées : « La réalisation patiente et pouvant durer plusieurs heures de plans de villes imaginaires commencés au crayon puis terminés au feutre, jusqu’à ce que la feuille soit remplie. Des villes comme cela je crois que j’en ai dessiné des centaines et je ne vois pas bien ce qui pourrait m’empêcher d’en dessiner encore. […] Une seule fois, confie Jean-Christophe Bailly, j’ai prolongé cette activité de pure perte en un livre, et ce fut Description d’Olonne . »

Étrange décision que de décrire une ville à partir de son plan. L’entreprise, si elle confine au roman, est plus aventureuse encore, puisqu’elle établit en quelque sorte la fiction sur un mode absolu. Située sur l’estuaire de la Sauve, au point où le fleuve se grossit des eaux de la Scève et de la Vivienne, ouverte sur le large par le Port-du-Levant auquel la relie un intense trafic de remorqueurs fluviaux, Olonne appartient au littoral atlantique, « un peu, écrit Jean-Christophe Bailly, comme si entre Nantes et Bordeaux il y avait un autre fleuve et qu’il ait généré lui aussi une grande cité ».

Une ville parmi d’autres en somme, ne se distinguant pas fondamentalement de celles où nous avons vécu ou que nous avons visitées, avec une histoire (la ville fixée dans ses grands traits au siècle des Lumières, puis ayant connu un second souffle sous le signe de l’architecture des ingénieurs, à l’âge industriel), des quartiers, des monuments glorieux (une pagode, un phare curieusement érigé à l’intérieur des terres), un jardin botanique, un opéra, des cafés.

Description donc, non pas de ce qui s’offre au regard, mais née d’une rêverie active, dirigée. Où se manifeste l’identité structurelle de ce qui ressortit ainsi à la pure fantaisie et de ce qui relève du souvenir, l’effet de réel tenant avant tout à la précision exacte du dessin. Description d’Olonne est certainement l’incursion la plus hardie de Jean-Christophe Bailly du côté de la fiction narrative, avec le bonheur perceptible d’une telle invention.

Avec André Wilms

Equipe de réalisation : Jean-Pierre Zinc, Nathalie Fadeau et Yan Parentoen