"La vie invisible" de Guillaume Poix et Lorraine Sagazan
"La vie invisible" de Guillaume Poix et Lorraine Sagazan
"La vie invisible" de Guillaume Poix et Lorraine Sagazan - Christophe Raynaud de Lage.
"La vie invisible" de Guillaume Poix et Lorraine Sagazan - Christophe Raynaud de Lage.
"La vie invisible" de Guillaume Poix et Lorraine Sagazan - Christophe Raynaud de Lage.
Publicité
Résumé

Pour l’écriture de ce projet qui s’intéresse à la place des images dans notre manière d’appréhender et de percevoir le réel, Des témoignages de personnes déficientes visuelles, ont été collectés, dont celui de Thierry Sabatier Et c’est à partir de son histoire que le spectacle s'est construit.

En savoir plus

Thierry a 55 ans. Il y a un peu plus de trente ans, il a perdu la vue dans un accident. Chaque soir, aux côtés de deux acteurs professionnels, il chemine dans le labyrinthe de sa mémoire pour tenter de reconstituer un spectacle de théâtre qui l’a profondément marqué. De ce spectacle qu’il a perçu comme déficient visuel, seules quelques bribes lui reviennent. De réminiscences en fulgurances, au fil d’une enquête qui fait resurgir tout un pan de son histoire personnelle, Thierry interroge notre commune incapacité à saisir le réel et la place déterminante des fictions dans nos vies.
Texte : Guillaume Poix, à partir de témoignages de personnes non et mal-voyantes
Conception et mise en scène : Lorraine de Sagazan
Collaboration artistique : Romain Cottard
Réalisation pour la radio : Laure Egoroff Version radiophonique
Coproduction France Culture / Théâtre de la Ville-Paris
Conseillère littéraire Caroline Ouazana
Avec : Romain Cottard, Chloé Olivères et Thierry Sabatier Création sonore: Clément Rousseaux
Equipe de réalisation : Benjamin Perru et Antoine Hespel.
Assistante à la réalisation : Alexandra Garcia Vila

Pour l’écriture de ce projet qui s’intéresse à la place des images dans notre manière d’appréhender et de percevoir le réel, Lorraine de Sagazan et l’auteur Guillaume Poix ont collecté de nombreux témoignages de personnes déficientes visuelles, dont celui de Thierry Sabatier. C’est à partir de son histoire qu’ils ont construit le spectacle. Thierry Sabatier a accepté de partager le plateau avec Romain Cottard et Chloé Olivères, deux acteurs familiers du travail que mène Lorraine de Sagazan, afin de partager son expérience et de livrer, pour la première fois, une histoire qu’il n’avait jamais racontée auparavant.

Publicité

Thierry nous a fait le récit riche d’une expérience de spectateur qui l’avait fortement bousculé jusqu’à transformer sa vie personnelle mais il ne se souvenait ni du titre, ni du nom des personnages. Nous avons alors décidé de concentrer notre travail autour de ce souvenir, s’abandonnant à la mémoire et à la perception de Thierry. Mais petit à petit nous nous sommes rendu compte que le spectacle que l’on était en train d’écrire à partir de cette mémoire glissait vers autre chose et que Thierry entreprenait inconsciemment de réparer son histoire. S’aventurant sur le chemin tortueux de sa mémoire, La Vie invisible se présente donc d’abord comme la reconstitution, à partir de réminiscences lacunaires, d’une pièce inconnue. Mais peut-on jamais être sûr de comprendre, alors que nous avons une appréhension si parcellaire de la réalité ? Peut-on compter sur sa mémoire alors que nous n’avons de cesse de réécrire notre passé ? C’est cette expérience que nous proposons aux spectateurs de La Vie invisible.                       
Lorraine de Sagazan, avril 2020

Lorraine de Sagazan est actrice de formation. Entre 2008 et 2014 elle joue dans de nombreuses productions et projets collectifs. Afin de se former à la mise en scène, elle part à Berlin en mai 2014 et assiste Thomas Ostermeier qui répète Le Mariage de Maria Braun pour le Festival d’Avignon. On lui propose alors de participer au Festival Fragments d’Été. Elle choisit de travailler sur une adaptation de Démons de Lars Noren. Le spectacle est créé à La Loge, puis au Théâtre de Belleville pour soixante dates à l’automne 2015. C’est à cette occasion que la Compagnie La Brèche est fondée. Démons sera programmé par la suite à La Manufacture à Avignon en 2016. Il sera repris en octobre 2017 au Monfort Théâtre à Paris. Entre temps, elle est intervenante dans plusieurs écoles qui forment les jeunes acteurs, notamment à L'ENSATT, à L'Ecole du Nord et à l’Ecole Nationale de la Comédie de Saint-Etienne. Romeo Castellucci lui propose de poursuivre sa formation en assistant aux répétitions des quatre spectacles qu’il présente en 2015/2016 à Paris. A l’automne 2016, elle créé une adaptation de Une maison de poupée de Henrik Ibsen. A l’automne 2017, Lorraine met en scène le texte francophone lauréat du PRIX RFI dont la tournée est internationale et le Conseil Général du 93 lui commande un spectacle jeune public Les Règles du jeu, écrit par l’auteur Yann Verburgh, la création voit le jour en janvier 2018. En mai 2018, elle monte une adaptation de Vania sur l’invitation Théâtre Bronski + Grünberg à Vienne avec des acteurs autrichiens. En juin 2019, elle crée avec sa compagnie L'Absence de père d’après Platonov de Tchekhov aux Nuits de Fourvière, présenté notamment au Centquatre et à La MC93. La Vie invisible, spectacle qui met en scène des personnes malvoyantes et non-voyantes créé à la Comédie de Valence en comédie Itinérante en septembre 2020 sera repris au Théâtre de la Ville à Paris en mars 2021.Fin 2020, pour surmonter les conséquences de la crise sanitaire elle décide de rencontrer une personne par jour qu'elle estime avoir été gâchée par cette année d'isolement. A partir de ces rencontres (environ 300), elle écrit un spectacle sur La Réparation prévu pour l'automne 2021.Lorraine de Sagazan est artiste associée au CDN de Normandie- Rouen, au Théâtre Gérard Philipe - CDN de Saint-Denis et est membre de l'Ensemble Artistique de la Comédie de Valence, Centre dramatique National Drôme-Ardèche.

Guillaume Poix est dramaturge et romancier. En 2014, il publie un premier texte de théâtre aux éditions Théâtrales, Straight, sélectionné au festival Regards croisés, lauréat de l’Aide nationale à la création des textes dramatiques du CNT et Prix des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre en 2014, Prix Godot des lycéens et Prix Sony Labou Tansi des lycéens en 2016. Il est aussi l’auteur de Waste (coup de cœur du comité de lecture de L’Apostrophe - Scène nationale de Cergy-Pontoise, lu à la Mousson d’été en 2015 et créé par Johanny Bert au Poche / GVE en 2016), Et le ciel est par terre (lauréat de l’Aide nationale à la création des textes dramatiques du CNT, sélectionné par le Bureau des lecteurs de la Comédie-Française, lu à la Mousson d’été en 2016, lauréat de Scenic Youth - Prix des lycéens pour les nouvelles écritures de théâtre de la Comédie de Béthune - Centre dramatique national des Hauts-de-France et retenu par France Culture en 2017), Tout entière (qu’il met en scène en 2016 au Préau - Centre dramatique national de Normandie-Vire, créé à Rome au Teatro India en février 2020 et adapté en octobre 2020 à l’opéra), Fondre (Prix Godot des Nuits de l’Enclave 2018) Et soudain Romy Schneider (créé en décembre 2018 au Poche /GVE par Manon Krüttli). Il est dramaturge associé du théâtre genevois Poche / GVE en 2015-2016. Il a travaillé avec Christian et François Ben Aïm et Ibrahim Maalouf à l’écriture d’une partition chorégraphique, Brûlent nos cœurs insoumis, créée en 2017 à La Garance - Scène nationale de Cavaillon. En 2018, il est dramaturge pour Luxe, calme écrit et mis en scène par Mathieu Bertholet au Théâtre de Vidy-Lausanne. En 2019, il crée Qui croire à la Comédie de Reims et collabore, comme dramaturge, avec Lorraine de Sagazan sur L’Absence de père d’après Platonov de Tchekhov, créé aux Nuits de Fourvière. En 2020, il traduit, pour L’Arche et avec Christophe Pellet, la dernière pièce de Martin Crimp, Quand nous nous serons suffisamment torturés. Son théâtre, publié aux Editions Théâtrales, est traduit en espagnol (Argentine, Mexique), en italien et en allemand.
Son premier roman, Les fils conducteurs (Verticales, 2017; Folio, 2019), a reçu le Prix Wepler - Fondation La Poste.

Le spectacle a été créé le 22 septembre 2020 à La Parenthèse, Saint-Jean-en-Royans, dans le cadre de la Comédie itinérante et aurait dû être présenté au Théâtre de la Ville – Espace Cardin du 2 au 13 mars 2021Version scénique
Production : La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche ; Compagnie La Brèche
Coproduction : Théâtre de la Ville - Paris
Accueil en résidence : Mairie de Saint-Jean-en-Royans
Avec le soutien du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du Fonds régional pour l’Innovation Artistique et Culturelle – FIACRE
Lorraine de Sagazan est membre de l’Ensemble artistique de La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche

À réécouter : Lorraine de Sagazan : "La recherche de l'âme, la parole de l'âme : j'ai l'impression qu'il n'est question que de cela"

Références

L'équipe

Blandine Masson
Blandine Masson
Blandine Masson
Production
Caroline Ouazana
Conseiller(e) littéraire
Mary Simon
Collaboration