Léonie Simaga, Julie-Marie Parmentier, Cécile Brune et Céline Samie de la Comédie française dans une mise en scène d'Andromaque de Muriel Mayette, 2010
Léonie Simaga, Julie-Marie Parmentier, Cécile Brune et Céline Samie de la Comédie française dans une mise en scène d'Andromaque de Muriel Mayette, 2010 ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Léonie Simaga, Julie-Marie Parmentier, Cécile Brune et Céline Samie de la Comédie française dans une mise en scène d'Andromaque de Muriel Mayette, 2010 ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Léonie Simaga, Julie-Marie Parmentier, Cécile Brune et Céline Samie de la Comédie française dans une mise en scène d'Andromaque de Muriel Mayette, 2010 ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Publicité

Quand Oreste arrive en Épire pour réclamer à Pyrrhus le jeune Astyanax, fils d’Andromaque qui représente une menace pour les Grecs, il se heurte au refus du souverain, qui veut plaire à la veuve d’Hector dont il est épris.

Quand Oreste arrive en Épire pour réclamer à Pyrrhus le jeune Astyanax, fils d'Andromaque qui représente une menace pour les Grecs, il se heurte au refus du souverain, qui veut plaire à la veuve d'Hector dont il est épris. Mais celle-ci lui résiste, fidèle au souvenir de son époux. Ignorant les déclarations brûlantes d'Oreste, Hermione, fille d'Hélène et de Ménélas, aime Pyrrhus auquel elle est fiancée. Elle est venue de Sparte pour l'épouser ; il la dédaigne. Les luttes menées par les membres de ce quatuor amoureux pour sortir de l'impasse dans laquelle ils se trouvent sont le moteur de la tragédie qui réglera leur sort. Poussé par Hermione, Oreste provoque la mort de Pyrrhus le jour de ses noces avec Andromaque, qui s'était résolue à cette union pour sauver son fils. Promise au châtiment des furies, Hermione se poignarde sur le corps de Pyrrhus. Andromaque devient reine et veuve une seconde fois, tandis que Pylade soustrait à la vindicte du peuple Oreste, qui a sombré dans la folie.

Jean Racine fait représenter Andromaque à l'âge de 28 ans par la Troupe royale, le 17 novembre 1667, dans les appartements de la reine. La veuve d'Hector est interprétée par Mlle Du Parc. La pièce fait beaucoup parler d'elle et de son auteur, et est appréciée par Ses Majestés. Au seuil de la maturité, Racine signe là une œuvre maîtresse. Dans la décennie qui suit, il écrit Britannicus, Bérénice, Bajazet, Iphigénie en Aulide et Phèdre. Élu à l'Académie française en 1672, il évolue dans les sphères proches du pouvoir. En 1689 et 1690, ses deux tragédies bibliques, Esther et Athalie, sont respectivement représentées à Saint-Cyr devant Louis XIV. Il meurt en 1699 après avoir rédigé un Abrégé de l'histoire de Port-Royal.

Publicité
  • Direction artistique : Elsa Lepoivre de la Comédie Française
  • Proposition sonore : Ivan Dumas
  • Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière

Distribution

  • Cécile Brune (Andromaque )
  • Eric Génovèse (Pyrrhus)
  • Alain Lenglet (Phoenix)
  • Céline Samie (Céphise)
  • Stéphane Varupenne (Pylade)
  • Suliane Brahim (Hermione)
  • Clément Hervieu-Léger (Oreste)
  • Claire de la Rüe du Can (Cléone)
  • Au violon : Floriane Bonanni

Equipe technique

  • Réalisation : Sophie-Aude Picon
  • Assistante à la réalisation : Laure-Hélène Planchet
  • Prise de son et mixage : Claude Niort
  • Assistante technique et montage : Emilie Couët