Le Petit Nicolas de René Goscinny - ©IMAV éditions Goscinny-Sempé
Le Petit Nicolas de René Goscinny - ©IMAV éditions Goscinny-Sempé
Le Petit Nicolas de René Goscinny - ©IMAV éditions Goscinny-Sempé
Publicité
Résumé

Le Petit Nicolas, créé en 1959 par deux humoristes de génie, René Goscinny et Jean Jacques Sempé, fait désormais partie de notre patrimoine culturel. Plusieurs générations d’enfants ont découvert le plaisir de la lecture avec les aventures de ce petit écolier aux frasques redoutables.

En savoir plus

Si l'on avait dit à mon père, quand avec Sempé il s'est amusé à créer ce chouette écolier, qu'un jour leur Petit Nicolas aurait la parole sur France Culture, il ne l'aurait pas cru. Mais si on lui avait précisé que les rôles principaux seraient interprétés par des comédiens de la Comédie-Française, il aurait lissé sa cravate et souri de toutes ses fossettes ! Cette œuvre a dans ma vie une place toute particulière, car elle parle de l'enfance. Si j'osais, je préciserais volontiers que cette enfance, c'est en partie celle de mon père qui fut un écolier argentin scolarisé dans les années trente au Collège français de Buenos Aires.  On ne connaît de l'enfance de ses parents que ce qu'ils veulent bien nous dire, ou ce qu'ils peuvent nous dire. Moi, je n'ai pas eu le temps de rencontrer ce petit garçon facétieux aux yeux brillants d'envie de faire rire le monde entier. Je n'avais que neuf ans quand il s'en est allé distraire les anges. Alors, pour survivre au chagrin, je l'ai lu. Et puis je l'ai relu, et relu encore. Et cette enfance, finalement, j'ai compris qu'il me la racontait au fil des aventures de Nicolas.  Alors, j'ai cessé d'être triste et je me suis fait une promesse : toujours protéger ce personnage aussi tendre que précieux et ne lui offrir que le plus beau des écrins. Aujourd'hui, je suis certaine que le petit écolier argentin qu'était mon père nous regarde, certaine surtout qu'il est aussi fier que le jour où il a été premier en composition !

Anne Goscinny

Publicité
Viggo Ferreira-Redier (Nicolas)
Viggo Ferreira-Redier (Nicolas)
© Radio France - Christophe Abramowitz

Avec la troupe de la Comédie-Française
Réalisation Baptiste Guiton
Adaptation Pauline Thimonnier d’après l’œuvre Le Petit Nicolas / Droits d’édition et d’adaptation IMAV éditions
Avec l’aimable autorisation d’Anne Goscinny
Musique originale Olivier Longre
Enregistré en public le samedi 13 novembre au Studio 104 de la Maison de la radio et de la musique

Avec les enfants comédiens Alenza Dus (Marie-Edwige), **Viggo Ferreira-Redier (**Nicolas), Sacha Huyghe (Eudes), Malick Laugier (Geoffroy), Lucas Roche (Alceste) , **Solal Sicard-Boëgler (**Rufus)
Et avec les comédiens de la troupe de la Comédie-Française
Michel Vuillermoz (Le directeur),  **Gilles David  (**Le Bouillon/un monsieur), Noam Morgensztern (Papa), Yoann Gasiorowski (M. Blédurt), **Marina Hands (**Maman), Géraldine Martineau (La maîtresse)
Bruitages Sophie Bissantz
Musiciens :
Mikaël Cointepas contrebasse, guitare, percussions
Olivier Longre guitare, piano, clarinette, harmonica
Raphaël Martin tuba, trombone
Fanny Rivollier Flûte, piano
Assistante à la réalisation Louise Loubrieu
Assistante, en charge du casting d’enfants Lucile Lacaze
Equipe de réalisation :
Chef opératrice Fiction Claire Levasseur
Chef opérateur Musique Benjamin Vignal
Opérateur Plateau et post-production Kevin Delcourt
Opérateurs Plateau Florent Layani, Maxime de Peretti de La Rocca
Sonorisation Nicolas Depas Graf, Romain Lenoir  
Régisseur de production Farid Melab  
Lumières Maxime Bayol, Edouard Rose Production France Culture
Le Petit Nicolas a vécu mille vies depuis la parution en 1960 du premier recueil qui lui a donné naissance. Il a connu le cinéma et le livre audio. Mais il ne connaissait pas encore les charmes de la radio, c’est-à-dire cet art particulier de mettre en valeur un texte à travers le jeu des comédiens, l’art du bruitage, la magie des voix.  C’est chose faite aujourd’hui grâce à France Culture qui s’est associée pour ce projet à  la Comédie-Française. C’est ainsi que nous vous proposons ce soir l’enregistrement de cette création tout à fait inédite, mettant en scène six enfants, six comédiens de la Comédie-Française, des musiciens, et une bruiteuse. Le tout mené par le réalisateur Baptiste Guiton.

Noam Morgensztern (papa)
Noam Morgensztern (papa)
© Radio France - Christophe Abramowitz

Le Petit Nicolas, créé en 1959 par deux humoristes de génie, René Goscinny et Jean Jacques Sempé, fait désormais partie de notre patrimoine culturel. Plusieurs générations et des millions d’enfants ont découvert le plaisir de la lecture avec les aventures de ce petit écolier aux frasques redoutables.
Le Petit Nicolas, l’histoire d’un succès

Michel Vuillermoz (Le directeur)
Michel Vuillermoz (Le directeur)
© Radio France - Christophe Abramowitz

Un jour, j’ai rencontré René Goscinny, qui venait de débarquer des États-Unis. On est devenus copains tout de suite. J’avais 21 ans, il devait en avoir 27. C’était mon premier ami parisien, autant dire mon premier ami, se souvient Sempé.

Tous deux travaillent alors pour une agence de presse située sur les Champs-Élysées, et ils décident d’associer leurs talents. En 1956, ils réalisent une bande dessinée d’une trentaine de planches pour un journal belge, Le Moustique. C’est l’ébauche du Petit Nicolas. L’expérience fait long feu. Trois ans plus tard, le rédacteur en chef de Sud-Ouest Dimanche leur demande une histoire pour son numéro de Pâques. Les deux amis reprennent leur personnage et, cette fois-ci, Goscinny troque sa casquette de scénariste pour celle d’écrivain. Le 29 mars 1959 c’est la naissance du Petit Nicolas. La première aventure paraît sous forme de conte écrit par Goscinny et illustré par Sempé. Le courrier des lecteurs est enthousiaste. Pendant sept ans, toutes les semaines, paraît une nouvelle aventure également publiée dans Pilote dans lequel paraît une autre série de Goscinny, Astérix.
Dès 1960, sort en librairie le premier volume du Petit Nicolas. Il devient progressivement un classique de la littérature. Pour l’apprentissage de la lecture, il est désormais prescrit par le ministère de l’éducation nationale. En 2004, Anne Goscinny exhume des archives de son père des dizaines d’histoires inédites. Le succès de ces inédits est phénoménal et hisse Le Petit Nicolas au rang de best-seller international, traduit dans 45 pays. Avec 15 millions d’exemplaires vendus, Le Petit Nicolas fait partie du patrimoine de notre littérature.
En 2009, Le Petit Nicolas passe de l’écrit à l’écran. Le film avec Kad Merad et Valérie Lemercier attire 5,7 millions de spectateurs. En 2014, un deuxième film, Les vacances du Petit Nicolas, confirme que le héros de Goscinny et de Sempé est indémodable. En 2021, il fait son retour sur grand écran avec un troisième opus, Le trésor du Petit Nicolas avec Jean-Paul Rouve et Audrey Lamy. Pour la première fois, en novembre 2021, Le Petit Nicolas fait l’objet d’une réalisation radiophonique pour France Culture.

Baptiste Guiton, le réalisateur
Baptiste Guiton, le réalisateur
© Radio France - Christophe Abramowitz

Les Histoires du petit Nicolas sont comme des morceaux choisis du journal intime d’un petit garçon. La langue est telle, qu’à les lire, on a l’impression d’entendre ce petit garçon nous parler, nous raconter son monde avec ses yeux d’enfant – son école, sa famille, ses copains, ses peurs, ses colères et ses grandes joies. Alors, pour cette adaptation radiophonique, nous avons imaginé une sorte de journal-audio du petit Nicolas retraçant une année scolaire, du retour de colonie de vacances, fin août, à la remise des prix du mois de juin. Le petit Nicolas dépose des bribes de son quotidien et ses copains, ses parents, ses voisins et les adultes de son école, prenant part à ses souvenirs, viennent tour à tour rythmer les incontournables évènements du calendrier scolaire.

Pauline Thimonnier, adaptatrice

Et pour aller plus loin dans la découverte de René Goscinny, nous vous proposons d'écouter ou réécouter l'émission "Toute une vie" qui lui est consacrée sur France Culture

Références

L'équipe

Blandine Masson
Blandine Masson
Blandine Masson
Coordination
Mary Simon
Collaboration