France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

L’actualité économique est souvent si grotesque que même les journalistes parmi les plus sérieux ressentent le besoin de changer de métier. Au moins temporairement. Faire une pause, respirer un peu. C’est le cas de Davis Sheriff, qui suivait longtemps les affaires de la zone euro. Le drame de la monnaie unique l’a poussé à écrire une comédie musicale, Eurocrash !

Ecrite en 2010 elle se concentre moins sur les faits d’actualité. Il s’agit plutôt d’un voyage dans l’histoire. Car les racines du drame sont anciennes.

Publicité

Les deux voyageurs, à la manière des personnages du célèbre conte de frères Grimm, se retrouvent abandonnés dans une forêt. Ils ne s’appellent pas Hansel et Gretel, mais Mark et Gilda, une référence évidente aux anciennes monnaies nationales de l’Allemagne et des Pays Bas. Ils trouvent sur leur chemin une jolie maison en pain d’épices, dont les propriétaires sont Papa Kohl et Madam’ Mitterrand, couple délirant, parents d’un enfant obèse: l’Euro. Papa Kohl tient des porcs, pardon, les « PIIGS », à qui il tente désespérément d’inculquer des valeurs d’austérité. Il y a également un sacré monstre dans cette histoire : le Serpent. Monétaire évidemment.

Tous les ingrédients d’une comédie assez loufoque sont là : un peu de cannibalisme, une histoire d’amour, une échappée miraculeuse.

David Sheriff dit ne pas être contre l’idée même de la monnaie unique mais… c’est la manière peu sérieuse avec laquelle cette monnaie a été conçue, provocant les drames et les tragédies actuelles, qui le laisse sans voix.

Pour télécharger l'émission en mp3