Dessin du monde par un enfant.
Dessin du monde par un enfant.
Dessin du monde par un enfant. ©Getty - AZemdega
Dessin du monde par un enfant. ©Getty - AZemdega
Dessin du monde par un enfant. ©Getty - AZemdega
Publicité
Résumé

Le plus souvent, c'est depuis le point de vue des adultes que l'on étudie la géographie. Pourtant, les enfants et les adolescent·es ont beaucoup à raconter de leur rapport à l'espace, aux lieux, aux territoires. Comment, à ces différents âges de la vie, perçoit-on et se représente-t-on le monde ?

avec :

Nolwen Rigollet (agrégée de géographie, professeure d'histoire-Géographie au Lycée Champlain de Chennevières-sur-Marne (94), auteure de manuels scolaires en ligne Lelivrescolaire.com).

En savoir plus

Pour terrain de jeu dans Géographie à la carte : une géographie des enfants. Et une somme de questions pour l’approcher. Comment se représente-t-on le monde, lorsqu’on a 6, 9, 13 ou 16 ans ? Quelles en sont les frontières, les hiérarchies ? Comment les enfants voient-ils, perçoivent-ils des espaces qu’ils n’ont jamais traversés ou qu’ils ne connaissent pas ? Quand et comment, par quel truchement, ces tout jeunes explorateurs acquièrent-ils des compétences spatiales ?

Approchons la géographie enfantine, un objet que la discipline, en particulier dans notre pays, n’aborde que depuis quelques années seulement. Et tentons de comprendre comment le monde et les cartes se déplient pour les plus jeunes d’entre nous.

Publicité

Pour en parler, Quentin Lafay reçoit les géographes Anne-Cécile Ott et Nolwenn Azilis Rigollet. Mais aussi, des enfants et adolescents : Violette, 8 ans, Noémie, 10 ans, Victoria, 11 ans et Ian, 16 ans.

La dernière partie de l'émission est consacrée à la présentation par Jérôme Damblant et Éric Froment d'une expérimentation menée dans les Hauts-de-France, qui mise sur la géographie de proximité avec les élèves. 

Des géographies enfantines ? 

La géographie a longtemps délaissé les enfants, car comme le souligne Anne-Cécile Ott, "La conception de l'enfance, plus généralement, fait que l'on tend à considérer les enfants comme peu en capacité de produire des discours, de produire des représentations, ce qui les a longtemps mis à l'écart."

Nolwenn Azilis Rigollet ajoute : "Il y avait ce présupposé pendant longtemps selon lequel les enfants suivraient leurs parents, leur déniant toute possibilité d'actes et également de discours qui auraient pu être pertinents pour les chercheurs"

Le monde vu par les enfants

Comment voit-on et pratique-t-on l'espace lorsque l'on est enfant ? Les plus jeunes commencent à arpenter le monde proche et familier. Victoria, 11 ans, raconte "Je vais plutôt dans mon quartier, parce que quand même, c'est un peu grand Paris. Je vais pas aller à l'autre bout de Paris, je suis un peu jeune. Après, dans mon quartier, oui, je peux me déplacer en pleine autonomie"

Les représentations et pratiques spatiales se déploient différemment selon les âges. Ian, 16 ans, résume ce rapport à l'espace, qui s'étend de plus en plus à mesure qu'il grandit : "En fait, depuis tout petit, j'aime beaucoup sortir, bouger, découvrir les espaces qui m'entourent. Donc au fil du temps, ça a été des espaces différents. Au début, c'était mon quartier. Ensuite, ça a été ma ville, puis mon département, puis ma région, et puis mon pays."

Pour aller plus loin :

  • Les références évoquées par Jérôme Damblant et Éric Froment en dernière partie d'émission  à retrouver ici et ici.
  • Les articles d'Anne-Cécile Ott sont disponibles ici et ceux de Nolwen Azilis Rigollet ici
  • Un grand merci à l'association Apprends et rêve et aux enfants qui ont accepté de raconter leur rapport à l'espace et à la géographie. Merci aux parents qui ont bien voulu les accompagner !

Extraits sonores 

  • Extrait des Pieds sur terre sur France Culture, "Enfants des villes et enfants des champs" (2014)
  • Extrait du film Zazie dans le métro (1960)
  • Extrait d'un témoignage de Tonino Benacquista au Festival de Géographie de Saint-Dié
  • Extrait d'un commentaire de François Schuiten au sujet de la bande dessinée Les cités obscures
  • Chanson : La bicyclette d'Yves Montand (1968)
Références

L'équipe

Quentin Lafay
Production
Vivian Lecuivre
Réalisation
Sandrine Chapron
Collaboration
Anna Pheulpin
Collaboration