L’acteur Georges Lazenby (James Bond) dans le film « Au Service secret de Sa Majesté », Plage de Guincho (Portugal), 14/05/1969
L’acteur Georges Lazenby (James Bond) dans le film « Au Service secret de Sa Majesté », Plage de Guincho (Portugal), 14/05/1969
L’acteur Georges Lazenby (James Bond) dans le film « Au Service secret de Sa Majesté », Plage de Guincho (Portugal), 14/05/1969 ©Getty - Larry Ellis Collection
L’acteur Georges Lazenby (James Bond) dans le film « Au Service secret de Sa Majesté », Plage de Guincho (Portugal), 14/05/1969 ©Getty - Larry Ellis Collection
L’acteur Georges Lazenby (James Bond) dans le film « Au Service secret de Sa Majesté », Plage de Guincho (Portugal), 14/05/1969 ©Getty - Larry Ellis Collection
Publicité
Résumé

Westerns, comédies, films d'aventures, films policiers... Dans les films, la géographie est partout. Le cinéma représente l'espace et crée en même temps des imaginaires spatiaux. Comment le cinéma écrit-il la géographie ?

avec :

Olivier Godard (Professeur d'histoire-géographie), Arnaud Devillard (Journaliste et auteur), Denis Gheerbrant.

En savoir plus

Pour en parler, Quentin Lafay reçoit Bertrand Pleven, géographe et formateur à l’Institut national supérieur du professorat et de l'éducation (Inspé) de Paris, Arnaud Devillard, journaliste et co-auteur de L'Atlas du cinéma (éditions Epa Eds, 2021), Denis Gheerbrant, réalisateur de documentaires.

Dans son dernier ouvrage, intitulé Peindre au corps à corps (Actes Sud, 2022), Estelle Zhong Mengual, historienne de l’art, déplie les phrases suivantes :

Publicité

"Personne ne voit vraiment les fleurs, écrit la peintre Georgia O’Keeffe. Et pour cause : les fleurs, c’est joli, mais ce n’est pas sérieux. Elles font partie du décor. Elles sont là pour notre agrément, ornant nos jardins, nos intérieurs et nos habits. Nous les voyons chaque jour, mais sans les voir. Sans prêter attention à qui elles sont, sans savoir ce dont elles sont capables. Car sous leurs airs de petites choses fragiles et ravissantes, les fleurs sont tout autre chose : elles sont un pilier caché du monde."

Et s’il en était des fleurs dans la peinture comme de la géographie au cinéma ? Dans les films, la géographie est partout. Mais souvent en arrière-plan, souvent invisible et invisibilisée. La géographie du cinéma fait souvent office de décor. Et nous la discernons sans la voir, sans la regarder.

Mais quelle géographie se déploie dans les films ? Comment le cinéma se sert de la géographie ? S’appuie sur elle ? La représente ?

59 min

La géographie comme moyen pour atteindre l'essence d'un film

Il y a plusieurs manières d’entrer dans un film : par les personnages, par l’intrigue, mais aussi par l’espace. Un espace qui permet parfois de saisir la "substantifique moelle" d’un film. Arnaud Devillard, journaliste et co-auteur de L’Atlas du cinéma (Editions Epa Eds, 2021), déclare qu’il a choisi les lieux comme porte d’entrée pour expliquer les films : "C'est une dimension qui était toujours envisagée du point de vue technique à travers le décor, le paysage. Avec mon co-auteur, nous nous sommes rendus compte que le sujet d’un film pouvait en réalité être raconté par la géographie, par le paysage, et donc, à partir de là, nous avons cherché les films qui pouvaient se prêter à ce genre d'exercice."

Dès lors, si l’on regarde Les Dents de la Mer, réalisé par Steven Spielberg (1975), par le prisme du lieu, c’est l’histoire d’une ville qui nous apparaît, celle d’une communauté et de son fonctionnement, celle d’un idéal américain. Arnaud Devillard confie la surprise qu’il a eue en redécouvrant Opération Dragon (1973), l’un des plus célèbres films de Bruce Lee : « Ce film dit des choses sur Hong Kong. Oui, il y a les scènes d'action, oui il y a la trame, un peu simpliste, mais il y a aussi une façon de filmer les quartiers de Hong Kong qui ressemble au cinéma américain tel qu'il se faisait à l'époque, un cinéma réaliste des années 1970. Il n’y avait plus cette peur de montrer des rues sales, des taudis,... Et c'est ce que l’on retrouve dans Opération Dragon et que je n'avais jamais vraiment remarqué ».

Pour Denis Gheerbrant, réalisateur, le cinéma s’appuie sur la géographie pour transmettre des émotions : "Le paysage devient la musique du film. C'est le moment où l'émotion que vous avez ressentie à l'écoute de la parole de mon interlocuteur va se poser et va prendre forme. Le paysage, c'est la forme que peut prendre une émotion."

Qu'est-ce que la "géographie-caméra" ?

La géographie peut offrir un cadre réaliste à certains films. Mais comment le cinéma écrit-il aussi la géographie ?

Le géographe Bertrand Pleven met en évidence ce dialogue à travers le concept de "géographie-cinéma". Selon lui, "La géographie se place du côté du réel. Le cinéma, y compris le cinéma documentaire, s'affiche plutôt du côté de l'imaginaire. Il faut donc essayer de faire dialoguer les deux. Il existe de nombreuses de manières de le faire. En effet, le cinéma peut être une machine extrêmement puissante pour tirer des portraits des lieux, mais il y a aussi des lieux génériques qui sont représentés et qui ne correspondent à aucun lieu réel. Le cinéma a donc également cette capacité à penser des modèles d'espaces, des génotypes et pas seulement des lieux que l'on peut fixer sur la carte. De même, la manière dont le cinéma pense parfois inconsciemment la géographie est assez fascinante. Les Misérables , La Haine, Divine, Bande de filles sont des films que l’on pourrait classer de manière sûrement beaucoup trop rapide comme des films de banlieue et qui reposent, dans leur organisation générale, sur des logiques centre/périphérie."

En fin d'émission

Olivier Godard présente Concours Carto, une association qui crée et organise des concours de cartographie pour les élèves de collège, lycée et prépa.

Il a participé au colloque "À quoi sert la géographie ?" organisé conjointement par l’Académie des sciences morales et politiques et la Société de Géographie le 9 avril 2022.

Pour aller plus loin

  • La page des Cafés Géo "Quelle géographie dans les séries modernes ?"
  • L'article "Représentation et imaginaire, un état des lieux du cinéma dans géographie" d'Alfonso Pinto dans Les Cahiers de la SFSIC (2020)
  • La thèse doctorale de Pinto Alfonso Une Archéologie du Présent. Les Espaces Urbains dans le Cinéma-Catastrophe, École Normale Supérieure de Lyon (2016)
  • L'article "Horizons géographiques du cinéma de fiction. Variations autour de la 'géographie-caméra'" de Bertrand Pleven dans la revue Géographie et Culture (2015)
  • L'article "Géographie et cinéma : mode d'emploi" de Jean-François Staszak disponible sur Cairn.info
  • Le numéro spécial "Cinéma et géographie" dirigé par Jean-François Staszak dans la revue Annales de Géographie (2014)
  • L'article "Urbanités du spectacle, urbanités en spectacle. Paris, Je t’aime et New York, I love you : voyages impossibles en métropoles cinématographiques ?" de Bertrand Pleven dans la revue Annales de Géographie (2014)
  • L'article "De l’espace au cinéma" de Jacques Lévy dans la revue Annales de Géographie (2013)
  • À visionner, le film de Denis Gheerbrant La République Marseille (2008)
  • À visionner, le film de Denis Gheerbrant Le voyage à la mer (2002)

Bibliographie

  • L'Atlas du cinéma. Autour du monde en 360 films. Du Cuirassé Potemkine à Star Wars, avec Olivier Bousquet, Editions Epa Eds, 2021
  • Écrire la ville au cinéma, sous la direction de Nicolas Drouin et Mélanie Forret, Editions PUV, 2022
  • L’Espace au Cinéma, André Gardies, Editions Méridiens-Klincksieck, 1993

Extraits sonores et musicaux

  • Mix d’extraits de films : Lawrence d’Arabie, Seul sur Mars, Star Wars IX, Dune, Aladdin, Indiana Jones et la Dernière Croisade, et d'interviews, celles du Directeur Général de la Commission Royale du Film, Mohannad Al-Bakri et des acteurs Josh Brolin et Will Smith
  • Extrait de La république Marseille réalisé par Denis Gheerbrant (2008)
  • Extrait de Bande de filles réalisé par Céline Sciamma (2014)
  • Chanson : You only live twice - Nancy Sinatra (1966)