Quel avenir pour le Liban, au bord de l’effondrement ?

A Beyrouth, le service pédiatrique de l'hôpital public de la Quarantaine est dévasté
A Beyrouth, le service pédiatrique de l'hôpital public de la Quarantaine est dévasté ©Radio France - Aurélien Colly
A Beyrouth, le service pédiatrique de l'hôpital public de la Quarantaine est dévasté ©Radio France - Aurélien Colly
A Beyrouth, le service pédiatrique de l'hôpital public de la Quarantaine est dévasté ©Radio France - Aurélien Colly
Publicité

Après l'explosion qui a ravagé le port de Beyrouth, la reconstruction avance doucement. L'Etat brille par son absence et toujours aucun gouvernement n'est formé. Dans un Liban qui s'enfonce inexorablement dans la crise économique, politique et sociale, un sursaut est-il encore possible ?

Avec
  • Charbel Nahas économiste libanais, fondateur du mouvement Citoyens citoyennes, ancien ministre des Télécommunications et du Travail

C’est un pays exsangue qui tente de se reconstruire. Doucement. Difficilement. Car en même pas un an, le Liban s’est enfoncé à toute allure dans une crise économique et financière sans précédent.  Il a  vécu une révolution, vu arriver le Covid - dont l’épidémie flambe désormais - et enfin subi la déflagration du 4 août dernier, ébranlant le pays tout entier.

Une architecte de Live love Beirut observe le caractère de l’explosion dans un immeuble dévasté
Une architecte de Live love Beirut observe le caractère de l’explosion dans un immeuble dévasté
© Radio France - Aurélien Colly

Deux mois et demi après l'explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et le cœur historique de la capitale libanaise, associations et ONG s’efforcent de reconstruire, grâce à l’aide internationale.  

Publicité
A Beyrouth, certains commerçants propriétaires affichent leur détermination à reconstruire
A Beyrouth, certains commerçants propriétaires affichent leur détermination à reconstruire
© Radio France - Aurélien Colly
Entendez-vous l'éco ?
58 min

L’Etat libanais, lui, est absent. Et depuis le mois d'août, toujours aucun gouvernement n’a été formé.  Les partis confessionnels au pouvoir eux tentent de sauver leur place, alors que demain sonnera le premier anniversaire de la révolution du 17 octobre 2019. Une contestation inédite pour réclamer la fin des partis communautaires hérités de la guerre civile. Et le départ d’une classe politique accusée de corruption et de clientélisme.

Dans certains immeubles ravagés, les habitants n’ont plus que les palliers pour vivre
Dans certains immeubles ravagés, les habitants n’ont plus que les palliers pour vivre
© Radio France - Aurélien Colly

Que reste-t-il de ces mobilisations ? Quel sursaut est encore possible dans ce pays où la moitié de la population est passé sous le seuil de pauvreté ? Une alternative politique est elle envisageable ou les libanais sont-ils déjà condamnés à l'exil ou au retour de la guerre civile ?  Quel avenir pour le Liban, au bord de l’effondrement ?

Le Temps du débat
49 min
La Grande table idées
33 min

L'équipe