Capture d'écran d'une des cires anatomiques du "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - Facebook
Capture d'écran d'une des cires anatomiques du "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - Facebook
Capture d'écran d'une des cires anatomiques du "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - "Josephinum museum" de Vienne (Autriche) - Facebook
Publicité
Résumé

Étudiant en droit, le jeune Semmelweis assiste par hasard à une dissection. Fasciné, il bifurque vers la médecine et participe à l’accouchement d’une femme qui meurt de fièvre puerpérale. L'irruption de la mort au cœur de la vie décide de sa vocation.

En savoir plus

Avec la participation exceptionnelle de Tivadar Hüttl, cardiologue à Budapest, arrière-arrière-petit fils de Semmelweis

Semmelweis naît le 1er juillet 1818, à Buda, sur la rive droite du Danube, dans une famille nombreuse et aisée de dix enfants. Le petit Ignaz grandit dans le quartier multiculturel de Taban, où se mêlent des populations d’origine allemande, hongroise, serbe, croate. Son père y tient une grande épicerie de luxe L'éléphant blanc. C’est un enfant aimé, vif, plein de joie de vivre et amoureux de la nature.

Publicité
Capture d'écran : Lieu de naissance d'Ignác Semmelweis
Capture d'écran : Lieu de naissance d'Ignác Semmelweis
- Université Semmelweis, Archives centrales

Mon père s’appelait comme moi Tivadar, il était chirurgien. Mon grand-père aussi s’appelait Tivadar, c’était un grand nom de la chirurgie en Hongrie. Comme tous mes ancêtres, je suis moi aussi médecin. Je suis cardiologue et je suis l’arrière-arrière-petit-fils d’Ignaz Semmelweis. Je ne me souviens plus très bien mais je crois que c’est à l’adolescence que j’ai vraiment commencé à entendre parler de Semmelweis. Je dois dire que longtemps je n’ai pas su pourquoi il était si célèbre. Mon père me racontait de temps en temps quelques petites anecdotes, mais jamais rien de personnel sur Semmelweis. Il faut dire qu’il ne nous reste plus rien de l’héritage familial. Tout s’est perdu avec le temps. Et puis sont venues s’ajouter à cela deux guerres mondiales et le communisme. Tout ce qu’il nous reste, c’est un coupe-papier en écaille de tortue gravé au nom d’Antonia Semmelweis. Ma mère avait également demandé à un peintre de réaliser une petite aquarelle d’après une photo de Semmelweis, et elle en a fait cadeau à chacun de ses enfants, mes frères, mes sœurs et moi. Mais on ne peut pas vraiment parler d’un héritage. Tivadar Hüttl, cardiologue à Budapest (Hongrie), arrière-arrière-petit fils de Semmelweis

À partir des années 1825, la Hongrie connaît une effervescence politique et culturelle. C'est “l’ère des réformes”, une période libérale, très favorable à l’idée de progrès. À 19 ans, comme bon nombre de futurs étudiants de l’Empire d’Autriche, le jeune Semmelweis rejoint Vienne pour y faire ses études de droit et devenir juge militaire.

Autour de 1910, dans le 1er arrondissement de Vienne : Des fiacres attendent devant l'ancienne université et l'église des Jésuites aussi connue sous le nom d'église universitaire sur Universitaetsplatz
Autour de 1910, dans le 1er arrondissement de Vienne : Des fiacres attendent devant l'ancienne université et l'église des Jésuites aussi connue sous le nom d'église universitaire sur Universitaetsplatz
© Getty - Imagno - Collection : Hulton Archive

Vienne est "the place to be". La ville en elle-même est magnifique. L’Université de Vienne est la meilleure de tout l'Empire. Ted Obenchain, neurochirurgien

Peu enclin à des études purement livresques, le jeune Semmelweis s’ennuie ferme en droit. Grâce à son petit cercle d’amis étudiants hongrois, il assiste à un cours de dissection du célèbre professeur von Berres. C’est une véritable révélation. Depuis 1838-1839, les professeurs de médecine à Vienne n’enseignent plus sur des mannequins mais sur des cadavres, et les étudiants se forment à la morgue en pratiquant quotidiennement des dissections. Semmelweis est fasciné par la structure interne du corps humain. Il découvre l’approche empirique, qui privilégie l’observation et l’expérimentation, change rapidement de voie et s’inscrit en médecine.

Capture d'écran de la pièce de théâtre musicale "Semmelweis" (2018)
Capture d'écran de la pièce de théâtre musicale "Semmelweis" (2018)
- Ray Lustig

On dissèque les cadavres, on essaie de comprendre les maladies en observant les corps, en les ouvrant, ce qui était un interdit majeur auparavant. Élisabeth Roudinesco, historienne

Lorsque le jeune Semmelweis entre en médecine, l’Université de Vienne connaît de profondes mutations. Un trio de jeunes professeurs, Karl Rokitansky, Joseph Skoda et Ferdinand von Hebra, viennent de constituer une avant-garde qui préfère l’observation clinique et l’étude statistique aux théories infondées et aux croyances métaphysiques. Grâce à eux, Semmelweis acquiert les fondements modernes de sa future méthodologie. Après avoir rédigé une thèse en latin sur la vie des plantes, il effectue un stage en obstétrique et assiste à ses premiers accouchements. C’est une seconde révélation.

La "machine" de Mme du Coudray, sage-femme. Ce mannequin servit à enseigner l’art des accouchements au 17ème siècle. Mme Du Coudray sillonna la France et forma 5.000 sages-femmes avec l'autorisation de Louis XV
La "machine" de Mme du Coudray, sage-femme. Ce mannequin servit à enseigner l’art des accouchements au 17ème siècle. Mme Du Coudray sillonna la France et forma 5.000 sages-femmes avec l'autorisation de Louis XV
- Wikimedia Commons - Domaine public - Ji-Elle

Il y a ce moment miraculeux, insaisissable où ça bascule. C'est de l'émotion pure, un moment fascinant, quelque chose d’unique. René Frydman, obstétricien

Fasciné par le mystère de la vie, Semmelweis est cependant très vite confronté à la mort. Quelques jours après avoir accouché, l’une de ses toutes premières patientes meurt de fièvre puerpérale dans d’atroces souffrances. Une vocation est née. A la joie d’aider à mettre au monde s'ajoute l'impérieuse nécessité de “sauver” la mère et l’enfant. Désormais, le destin de Semmelweis est inextricablement lié au sort de toutes les femmes qui risquent la mort pour donner la vie.

Capture d'écran d'un extrait de l'opéra de Ray Lustig "Semmelweis" (2018) sur un livret de Matthew Doherty
Capture d'écran d'un extrait de l'opéra de Ray Lustig "Semmelweis" (2018) sur un livret de Matthew Doherty
- YouTube

Intervenants

  • Tivadar Hüttl, cardiologue, Semmelweis Klinik, Budapest (Hongrie) et arrière-arrière petit fils de Semmelweis
  • René Frydman, obstétricien, gynécologue des hôpitaux de Paris et professeur des universités 
  • Élisabeth Roudinesco, universitaire, historienne et psychanalyste
  • Johann Chapoutot, historien spécialiste d'histoire contemporaine
  • Clara Royer, universitaire et auteure, maître de conférences HDR à l’université Paris-Sorbonne. Spécialiste des cultures d’Europe centrale
  • Yves Buin, psychiatre et écrivain
  • Ted Obenchain, neurochirurgien américain et biographe de Semmelweis
  • Nathalie Sage Pranchère, diplomée de l'École des Chartes, archiviste paléographe (prom. 2006), chargée de recherche au CNRS
  • Scarlett Beauvalet, historienne, professeure à l'université de Picardie, spécialiste d'histoire sociale 
  • Dana Tulodziecki, professeur agrégée à la faculté de philosophie (Purdue university, West Lafayette, comté de Tippecanoe, États-Unis)
  • David Labreure, docteur en lettres modernes et directeur du musée et du centre de documentation La Maison d'Auguste Comte (Paris, 6ème)
  • Jim Berry, réalisateur américain
  • Andreas Bikfalvi, chercheur hongrois, professeur à l'université de Bordeaux
  • Miklos de Zamaroczy, chercheur en microbiologie au CNRS
  • Jean-Marc Cavaillon, professeur honoraire à l'Institut Pasteur
  • Ray Lustig, compositeur

Traduction : Lou Héliot

Remerciements pour son aide précieuse à Cécile Cassotti, sage-femme

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Anne Perez-Franchini. Prise de son, Yann Fressy, Thibault Naschimbene, Frédéric Cayrou, Valérie Lavallart. Mixage, Claude Niort. Documentation, Maria Contreras, Annelise Signoret et Antoine Vuilloz. Archives INA, Véronique Jolivet. Page web, Sylvia Favre.

Lus et diffusés dans l'épisode

Textes (extraits) : 

Lecture de textes : Laurent Manzoni, Miglen Mirtchev, Andrea Schieffer.

Film (extraits) : Semmelweis, un film de Jim Berry (Film du Belvédère-Films Jeunes Alliés, 2001, 20 mn)

Opéra (extraits) : Semmelweis, du compositeur Ray Lustig, livret de Matthew Doherty (2018, 75 mn)

Bibliographie

Pour aller plus loin

  • Vidéo de présentation du Musée Josephinum, à Vienne, avec, entre autres curiosités sa collection de cires anatomiques :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

  • Help me, campagne de financement vidéo montrant des cires anatomiques du Josephinum museum à Vienne (YouTube) :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.