Une statue d'Alan Turing à Sackville Park dans le Manchester's Gay Village
Une statue d'Alan Turing à Sackville Park dans le Manchester's Gay Village ©Getty - Christopher Furlong / Employé
Une statue d'Alan Turing à Sackville Park dans le Manchester's Gay Village ©Getty - Christopher Furlong / Employé
Une statue d'Alan Turing à Sackville Park dans le Manchester's Gay Village ©Getty - Christopher Furlong / Employé
Publicité

Le 8 juin 1954 est découvert, allongé sur son lit dans sa maison des environs de Manchester, le corps sans vie d’Alan Turing. A ses côtés une pommes enduite de cyanure...

Avec
  • Eva Navarro-Lopez Chercheuse en informatique à Manchester
  • James Sumner historien des technologies à l’université de Manchester
  • Jonathan Swinton Chercheur en histoire des mathématiques et des théories biologiques à Manchester
  • Pierre Mounier-Kuhn Historien, chercheur au CNRS et à l’Université Paris-Sorbonne
  • Gérard Berry informaticien, Professeur au Collège de France, membre de l'Académie des sciences
  • Mike Cruchten Etudiant à Manchester
  • David Lagercrantz écrivain
  • Laurent Alexandre Chirurgien, expert en nouvelles technologies et intelligence artificielle.
  • Andrew Hodges mathématicien et auteur, en 1983, de la première biographie d'Alan Turing
  • Laurent Lemire Journaliste
  • Jean-Gabriel Ganascia professeur à la faculté des sciences de Sorbonne Université et Président du comité d’éthique du CNRS
  • Dermot Turing juriste et expert en histoire du décodage, neveu d’Alan Turing
  • Jean Lassègue Philosophe et épistémologue, chargé de recherche CNRS et membre statutaire du LIAS (LInguistique Anthropologique et Sociolinguistique).

Il pleuvait ce jour-là. Madame Clayton, sa femme de ménage, est arrivée chez lui, à Wilmslow. Elle a ouvert la porte et  a senti une odeur inhabituelle. Elle a remarqué qu’il n’avait pas ramassé le lait qu’on lui avait livré. Elle est montée et elle l’a vu, allongé dans le lit, avec une moitié de pomme à côté de lui…                  
David Lagercrantz

Alan Turing travaillait jusqu’alors à l’université sur l’un des tout premiers ordinateurs au monde, réfléchissant à la notion d’intelligence artificielle et s’intéressant, en outre, à la morphogenèse, la science qui tente de comprendre les formes et les structures des organismes vivants. 

Publicité

A ses heures perdues, ce marathonien accompli aimait courir et recevoir dans sa maison amis et amants, estimant que son homosexualité n’avait pas être cachée. Or il est, dans l’Angleterre morale et puritaine, des codes périlleux à casser…

Certificat de décès d’Alan Turing, archives de l’université de Manchester
Certificat de décès d’Alan Turing, archives de l’université de Manchester
© Radio France - Amaury Chardeau

A cette époque, il assume plus facilement son homosexualité. Son choix est conforté par sa rencontre avec Arnold Murray qui devient un amant et va l’entraîner dans sa chute. Murray n’est pas un intellectuel, c’est une petite frappe, un mauvais garçon. Mais Turing aime bien les mauvais garçons.    
Laurent Lemire

Un documentaire d’Amaury Chardeau et Yvon Croizier, avec la collaboration de Romain Weber.

Traductions lues par Elodie Huber et Anne Steffens   Remerciement aux archives Alan Turing à l’Université de Cambridge et au Fitzwilliam museum de Cambridge.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'énigmatique Alan Turing

Les quatre épisodes de la Grande traversée "L'énigmatique Alan Turing" sont disponibles dès le lundi 13 août en téléchargement.  
Abonnez-vous au podcast : iPhone systèmes Apple - Android et RSS
Et abonnez-vous au podcast en haut de cette page pour toutes les grandes traversées de l'été