Huile sur toile par Gaston de Ségur, vers 1840  - Domaine public via Wikipedia
Huile sur toile par Gaston de Ségur, vers 1840 - Domaine public via Wikipedia
Huile sur toile par Gaston de Ségur, vers 1840 - Domaine public via Wikipedia
Publicité
Résumé

La comtesse de Ségur est une grande écrivaine discrète, qui a pris toute la place littéraire que l’époque et les circonstances lui autorisaient.

avec :

Michel Zink (historien), Tiphaine Samoyault (traductrice, critique littéraire. ), Maialen Berasategui (journaliste littéraire), Isabelle Nières-Chevrel (professeur émérite université de Rennes II), Geneviève Brisac (écrivaine), Marie-Joséphine Strich (écrivain, docteur es lettres, professeur de littérature), Julie Wolkenstein (écrivain, enseignante en université et traductrice), Nathalie Froloff (professeure en classes préparatoires au lycée Louis le Grand), Sophie De Mijolla-Mellor (Psychanalyste, Professeur émérite à l’Université Paris-Diderot, Présidente de l’Association Internationale Interactions de la psychanalyse A2IP), Caroline Eliacheff (Pédopsychiatre et psychanalyste), Marie-Pierre Rey (Professeure d'histoire de la Russie et de l'Union soviétique à l'université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, et directrice du Centre de recherches en histoire des Slaves), Marianne Alphant, Marie Desplechin, Francis Marcoin, Mazarine Pingeot (Ecrivain).

En savoir plus

Les Malheurs de Sophie, Les Petites Filles modèles et Les Vacances constituent la célèbre trilogie de la comtesse de Ségur sur laquelle repose l’essentiel de sa postérité. Mais l’œuvre est encore bien plus riche ! Depuis les livres sur la santé des enfants jusqu’aux Nouveaux contes de fées par lesquels elle débute, cette écrivaine s’est attelée à de nombreux genres. 

Malgré les censures successives de sa famille et de son éditeur, on sent partout ses élans d’audace, qui donnent à ses textes un charme rare, analysé par nos invités du jour. 

Publicité

La liberté des premiers romans

Elle a commencé par faire œuvre de grand-mère, et puis elle s'est épanouie en commençant à écrire. Avec cette possibilité d'écrire, elle a découvert qu'elle avait des zones de fraîcheur et de charme. D'une certaine manière, ce n'est pas écrit par une vieille dame. Arlette de Pitray

La période où elle commence à écrire est une période où elle est assez occupée. Marie Desplechin

Elle a commencé à avoir du temps pour elle. Le fait qu'elle ait écrit en tant que grand-mère et pas seulement mère lui permet de regarder les rapports entre les parents et les enfants de manière très différente. C'est ce qui fait qu'elle peut écrire sur la parentalité.  Maialen Berasategui

Les premiers romans sont nés d'une manière toute simple. Elle avait envie de distraire ses petites-filles. Elles allaient partir en Angleterre et elles ont fait promettre à leur grand-mère d'écrire les histoires qu'elle leur racontait le soir. Arlette de Pitray

Népotisme

La comtesse a envie d'avoir de l'argent qu'elle gère elle-même. A ce moment-là, son mari gère la compagnie des chemins de fer de l'est et est en contact avec Louis Hachette, qui lui demande le monopole de vente de livres dans les gares. Le comte de Ségur lui parle de sa femme, qui commence à écrire des livres pour enfants. En écrivant son premier texte, elle savait déjà qu'elle allait être publiée. 

Le conservatisme religieux dans lequel s'était engagé Gaston et certains de ses enfants ne lui rendait pas la tâche facile, il est lui aussi présent dans sa manière d'écrire. "Si elle avait pu, elle aurait sûrement fait une littérature beaucoup plus fournie, sûrement à la Dickens." Maialen Berasategui

Contes de fées et écrits religieux

J'adorais les "Nouveaux contes de fées" de la comtesse de Ségur, on peut y voir à quel point c'est un écrivain. On la lit avec enthousiasme. J'aimais les rebondissements de ces aventures, il y a toujours deux routes : la route merveilleuse du paradis et celle de l'enfer. Geneviève Brisac 

Il y a un très beau conte qui parle de la manière dont les enfants perçoivent le passage du temps. C'est l'histoire de Blondine qui s'endort à 7 ans et se réveille à 14 ans, toute son éducation a tenu pendant ses sept années de sommeil, elle connaît la littérature, le dessin... Je crois que c'est le rêve de beaucoup d'enfants, de se réveiller en aillant tout appris. Julie Wolkenstein

Mais Sophie de Ségur n'écrit pas que des contes pour enfants, son travail est ponctué de différents moments, il y a des romans plus autobiographiques, des écrits religieux.

Je détestais les "Mémoires d'un âne", je trouvais ça sordide, il y avait une façon sinistre de peindre les pauvres et les malchanceux. 

Ce qui est important pour elle, ce sont ses livres religieux. Elle croit qu'ils sont destinés à rester. Maialen Berasategui

Étoile filante

Il est arrivé que des enfants la reconnaisse dans la rue. Cela impacte aussi sa vie de famille. Les enfants reconnaissent son fils Jacques d'après la dédicace dans Les Vacances lorsqu'il entre à l'école par exemple. 

Elle écrivait au fil de la plume, ce sont les aventures du personnage fantasque qui guident l'histoire. 

Il y a une rapidité chez la comtesse de Ségur, c'est un roman qui va vite, le trait est souvent un peu forcé mais juste ce qu'il faut. 

Dans la rapidité des dialogues on est vraiment que dans l'action, les choses s'enchaînent de manière très naturelle. Nathalie Froloff

Elle fait la fortune de Hachette, c'est un succès durable pour la maison d'édition. 

Elle passe sa vie à demander de l'argent, elle ne reçoit pas forcément un pourcentage important de la part d'Hachette. Marie Desplechin

Son œuvre bénéficie du fait d'être éditée par Hachette, qui jusque dans les années 1960 dominait le secteur. Francis Marcoin 

Pour devenir un classique il faut qu'après votre mort des gens se mobilisent, elle a été adaptée au théâtre en France et aux États-Unis par exemple. Maialen Berasategui

J'ai lu la comtesse de Ségur à des enfants très différents. Ça marche avec des enfants du XIXe siècle comme avec des enfants d'aujourd'hui. Marie Desplechin

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Un souffle remua la nuit, Sylvain Chauveau 

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Rémi Guezodje
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation