Louise Michel (1899) ©Getty -  Print Collector
Louise Michel (1899) ©Getty - Print Collector
Louise Michel (1899) ©Getty - Print Collector
Publicité
Résumé

À la fin de la vie de Louise Michel, le refus des dominations, aussi multiples qu'elles soient, ne s'amenuise pas, au contraire...

avec :

Chloé Leprince (Journaliste), Michèle Riot-Sarcey (Professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’université Paris-VIII, historienne du politique et du féminisme.), Michelle Perrot (historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l'université Paris-Diderot.), Odile Krakovitch (Ancienne conservatrice aux archives nationales), Sidonie Verhaeghe (Maitresse de conférences en Sciences politiques à l’Université de Lille et chercheuse au CERAPS.), Jean-Marc Hovasse (Professeur de littérature française à Sorbonne Université et directeur de recherches au CNRS), Xavière Gauthier (Éditrice de la correspondance générale de Louise Michel, fondatrice de la Collection des œuvres de Louise Michel au sein de l'unité de recherche : Littérature, idéologies et représentations au XVIIIe-XIXe siècles.).

En savoir plus

C’est quasiment de force, que Louise Michel est sortie de sa prison de Saint-Lazare en 1886. Elle refuse la grâce que le gouvernement a signé pour elle. Comme si elle sentait que son combat trouverait moins d’écho dans ce XXe siècle qui s’annonce, que dans sa cellule. Tout pourtant nourrit son verbe. Les mineurs de Decazeville qui se sont vus infliger une baisse de salaire ont fini par défenestrer le sous-directeur. A Chicago, une bombe a explosé suite au défilé du 1er mai 1886 qui réclamait la journée de 8 heures. Quatre anarchistes seront pendus.

Mais elle vient du siècle des utopies, alors que celui des idéologies commence. Elle n’est pas des mouvements qui se structurent autour du marxisme. Elle fait ricaner les jeunes étudiants qui s’infiltrent dans ses réunions. Elle est même l’objet d’un attentat par un homme armé et dérangé. Certains la disent folle.

Publicité

Elle s’exile à Londres. Y rejoint les anarchistes pourchassés, y vit avec sa nouvelle compagne Charlotte Vauwelle. Ne revient en France que pour des conférences.

Elle meurt à Marseille le 9 janvier 1905, en pleine tournée qui l’avait même conduite en Algérie.

51 min

Elle a 75 ans. Son convoi funéraire traverse Paris, de la gare de Lyon à Levallois. Elle resurgira dans les mémoires après la Seconde Guerre mondiale, les communistes l’associent aux résistantes et font de cette figure anarchiste l’une des leurs.

Elle réapparaît dans les années 80, la gauche au pouvoir en fait un visage du féminisme.

Ainsi la République Française institutionnalise Louise Michel, contre son gré.

Aujourd’hui, elle pourrait correspondre à ce mot en vogue "intersectionnalité". Elle refusait toute les dominations, celles des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres, des blancs sur les noirs, des patrons sur les ouvriers, des hommes sur la nature et les animaux.

Une émission de Judith Perrignon

Réalisée par Gael Gillon et Annabelle Brouard 

Prise de son: Arthur Gerbault, Tahar Boukhlifa, Marie Lepeintre, Eric Boisset

Mixage : Philippe Mersch

Une émission de Judith Perrignon

Réalisée par Gael Gillon et Annabelle Brouard 

Prise de son: Arthur Gerbault, Tahar Boukhlifa, Marie Lepeintre, Eric Boisset

Mixage : Philippe Merscher

Archives Ina : Hervé Evanno

Et les voix de :

Clara Chabalier

Laurent Lederer

Jerôme Kircher

Pascal Thoreau

Mathieu Rauswarger

31 min
Références

L'équipe

Judith Perrignon
Judith Perrignon
Judith Perrignon
Production
Gaël Gillon
Réalisation
Annabelle Brouard
Réalisation