Grande traversée : Mohamed Ali, combats : podcast et émission en replay | France Culture

France Culture
France Culture
© Aucun(e)
© Aucun(e)
© Aucun(e)
La seule personne a avoir jamais réussi à taire Mohamed Ali, lui-même.
"Par une étrange ironie du sort, tout s'est arrêté lorsque cet homme si loquace s'est soudain transformé en masque et n'a plus pu parler." Robert Lipsyte
1h 49
Mohamed Ali avec Joseph Mobutu
La décennie change et avec elle, Mohamed Ali. En bon boxeur, il lutte contre sa sentence de prison, il lutte pour revenir sur les rings, il lutte pour redevenir champion du monde. Et c'est sûrement pour cela qu'on se le rappelle.
1h 48
Mohamed Ali pointe un journal pour démontrer qu'il n'est pas le seul à protester contre la guerre au Vietnam
La conversion et le changement de nom de Cassius Clay en Mohamed Ali sont vécus comme une provocation pour l’Amérique conservatrice blanche. Déjà bien connue, sa réputation ne fait qu'augmenter et sa légende commence.
1h 49
Mohamed Ali, peu après sa victoire en 1964, célèbre celle-ci avec Malcom X
Comment Cassius Clay est-il devenu Mohamed Ali ? Qu'est-ce qui a poussé l'icône à se convertir à l'islam et à prôner la séparation raciale entre les noirs et les blancs ?
1h 49
Mohamed Ali lors de sa victoire contre Sonny Liston
Mohamed Ali, champion du monde des poids lourds en 1964. Et pourtant à l'époque, personne n'aurait parié sur lui, pas même Robert Lipsyste, jeune journaliste sportif et témoin du fameux combat qui lança la légende.
1h 49

À propos du podcast

© Aucun(e)
© Aucun(e)

du 16 au 20 juillet de 9h05 à 11h sur France Culture

Mohammed Ali est un mythe qui ne faiblit pas. Une figure d’insoumis qui circule de génération en génération, dans le monde entier. Comme toujours la légende a dévoré l’histoire.

L'histoire de Mohamed Ali est pourtant passionnante à écouter quand les journalistes sportifs d’alors, les compagnons de lutte convertis à l’Islam, les amis de l’enfance, les historiens et les écrivains de l’Amérique se penchent sur la fabrication du héros, tout jeune boxeur affamé de gloire pris dans les convulsions des années 60. On tangue entre le plus bel ego des rings et le plus docile des soldats de Nation of Islam, mouvement noir nationaliste, qui lui donna son nom et régenta une bonne partie de sa vie.  On tangue entre le rire des plateaux de télévision et la radicalité politique sous surveillance du FBI. On tangue parce qu’il tanguait. Il a toujours dit,  "Je suis libre d’être qui je veux",  l’a-t-il été ?

L'équipe